Actualités

YouTube veut masquer les « Je n’aime pas » sous certaines vidéos

YouTube va tester la disparition du nombre de « Je n’aime pas » sous les vidéos.

Twitter, Instagram… plusieurs grands réseaux sociaux ont remis en question, ces dernières années, la pertinence des « J’aime » et autres compteurs qui ornent les réactions sous les publications de leurs utilisateurs. Dernier en date, YouTube a annoncé, mercredi 31 mars, que certains ne verront plus le nombre de « Je n’aime pas » sous les vidéos qu’ils regardent. « Nous avons appris de certains créateurs que le compteur public de “Je n’aime pas” pouvait affecter leur bien-être », a déclaré Google dans un communiqué explicatif.

Les utilisateurs de YouTube concernés par le test pourront toujours cliquer sur le fameux « pouce rouge », mais ne verront pas combien d’autres internautes ont fait de même. D’autres tests autour de ces boutons sont menés par YouTube, mais l’entreprise n’a pas donné plus de détails.

Le bouton « Je n’aime pas » peut être utilisé par des groupes d’internautes qui se concertent pour aller massivement faire monter le compteur de « pouces rouges » sous une ou plusieurs vidéos d’un créateur, une forme de mesure punitive contre des personnalités qui s’attirent l’ire des internautes. L’expérimentation de YouTube vise justement à lutter contre ce genre de « campagnes ciblées », explique l’entreprise.

Des expérimentations sur Instagram et Twitter

Sur d’autres services, ce qu’on appelle le « review bombing », qui consiste à bombarder un jeu, une vidéo ou tout autre contenu de commentaires négatifs sur une courte période, est une problématique qui commence à être prise en compte par les entreprises. Dès 2019, l’éditeur de jeux Valve a annoncé la mise en place de mesures sur Steam, le plus grand distributeur de jeux vidéo dématérialisés sur ordinateur, afin de lutter contre les campagnes de « review bombing ».

L’affichage des « J’aime », « Je n’aime pas », « Favoris » est un sujet de débat dans l’industrie des réseaux sociaux. Ces mesures de l’audience, qui semblent inséparables de l’utilisation de ces services, interrogent en raison des effets délétères qu’ils peuvent avoir pour les utilisateurs, encourageant une forme de concours de popularité ou créant de la frustration.

Instagram, l’une des plus grosses plates-formes pour les « influenceurs » (ces internautes qui rassemblent de grandes communautés de fans), a mis en place, dès 2019, des tests pour masquer à certains utilisateurs le nombre de « J’aime » sous les photos et vidéos. « L’idée est d’enlever une forme de pression sur Instagram, pour que ça soit moins une compétition » pour le succès, avait alors déclaré le PDG de l’entreprise, Adam Mosseri. Facebook, propriétaire d’Instagram, avait indiqué réfléchir à des évolutions similaires pour son réseau social.

La même année, Twitter avait également annoncé son intention de cacher le nombre d’interactions sous un tweet, dans le cadre d’une expérimentation.

Lire aussi Instagram a 10 ans : « Avec le temps, l’application ressemble de plus en plus à Facebook »
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top