Actualités

Vendée Globe : Arnaud Boissières boucle son quatrième tour du monde en solitaire d’affilée

Arnaud Boissières a franchi, jeudi 11 février au matin, au large des Sables-d’Olonne la ligne d’arrivée du Vendée Globe en quinzième position après 94 jours de mer, bouclant son quatrième tour du monde en solitaire d’affilée, une performance inédite dans l’histoire de la course. Le skippeur, âgé de 48 ans et ayant grandi sur le bassin d’Arcachon, a coupé la ligne jeudi matin par un froid glacial et rentrera au port après avoir emprunté le chenal dans l’après-midi en raison des heures de marées.

Le marin sablais, à la barre de son monocoque construit il y a quatorze ans (La Mie-câline Artisans-Artipôle), aura mis quatre-vingt-quatorze jours et dix-huit heures pour terminer son quatrième Vendée Globe, remporté par son ami Yannick Bestaven (Maître-Coq-IV) le 28 janvier en quatre-vingts jours et trois heures.

Arnaud Boissières est le premier skippeur à enchaîner et terminer quatre Vendée Globe à la suite, en autant de participations. Jean Le Cam (Yes-We-Cam), arrivé le 28 janvier, a terminé son quatrième Vendée Globe (pour cinq participations) mais pas de façon successive.

Lire aussi Vendée Globe : « J’avais déjà eu la chance de vivre une telle rencontre en 2016. C’est la magie de la course au large »

Nuit d’horreur pour Pip Hare

Kojiro Shiraishi (DMG-Mori-Global-One) est attendu dans l’après-midi dans le chenal des Sables, puis Alan Roura (La Fabrique) et Stéphane Le Diraison (Time-for-Oceans) vers minuit, ou l’inverse, car ils sont toujours bord à bord. Devant la Britannique Pip Hare. Même dans la dernière ligne droite vers Les Sables-d’Olonne, cette édition de la course en solitaire autour du monde sans assistance ne laisse pas de répit à certains : Pip Hare a passé une nuit d’horreur sur Medallia, dans des conditions extrêmes, alors qu’elle n’est plus qu’à 325 milles (600 km) de l’arrivée.

« Entendre des bruits dans la nuit, ce n’est jamais bon signe et ce soir [mardi soir] sur Medallia, il y a eu un gros boum. Ce n’était pas le début de quoi que ce soit, mais plutôt la fin de mon blocage de drisse, qui s’est relâchée alors que j’étais à 18 nœuds. Le résultat a été un carnage », raconte la navigatrice, qui vient de fêter il y a trois jours, en mer, ses 47 ans. Le dernier combat de Pip Hare, en pleine nuit, a duré plus d’une heure. Et sa lutte finale contre les foilers qui la précèdent est donc terminée : « Maintenant, je vais finir seule et probablement environ douze heures plus tard », prévoit la Britannique, un peu « dégoûtée » de ne pas avoir pu « les garder sur le qui-vive » jusqu’au bout.

Le Monde avec AFP

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top