Actualités

Un membre supposé d’une bande d’Ajaccio tué par des policiers

François-Xavier Salini-Ricci, 30 ans, avait réchappé d’une fusillade dans la périphérie d’Ajaccio il y a dix-huit mois. Lundi, des policiers de la brigade de recherche et d’intervention (BRI) l’ont mortellement blessé dans son pavillon du Col Saint-Georges, un hameau de montagne situé à 30 km au sud d’Ajaccio. Les faits se sont déroulés peu après que les policiers ont pénétré dans l’habitation, que le jeune homme « défavorablement connu des services de justice » occupait seul.

« Munis de brassards, ils se sont annoncés, puis ont fait sauter la porte avec un vérin », a indiqué au Monde Carine Greff, procureure de la République à Ajaccio. D’après les premiers éléments de l’enquête, la colonne d’assaut s’est ensuite engagée dans « un couloir exigu », le porteur de bouclier balistique ouvrant la marche. « Il a essuyé un tir de fusil de chasse de calibre 12 qui l’a projeté au sol, ce qui a occasionné un tir de riposte de la police, blessant mortellement M. Salini-Ricci au flanc », a précisé Mme Greff.

Les pompiers, dépêchés d’Ajaccio, n’ont pu réanimer la victime tandis que le policier porteur du bouclier blindé, « contusionné par le souffle et la projection » a été admis un temps au centre hospitalier d’Ajaccio. A Grossetto-Prugna (Corse-du-Sud), la commune où résidait la victime, une quarantaine de policiers et de gendarmes ont « gelé » la scène de crime tout au long de la journée dans des conditions particulièrement difficiles en raison de violentes intempéries.

« Une bavure »

Les enquêteurs se posent notamment la question de savoir pour quelles raisons François-Xavier Salini-Ricci, qui n’était pas en cavale et était père d’une petite fille de 3 mois, a pu prendre délibérément pour cible des fonctionnaires de police venus l’interpeller. Les résultats de l’analyse balistique, entre les mains des experts de la gendarmerie, ainsi que l’autopsie, « vraisemblablement pratiquée dans les prochaines quarante-huit heures », selon une source policière, seront déterminantes pour préciser les événements.

« La famille de mon client est scandalisée par ce qu’il convient d’appeler une bavure d’une extrême gravité avec la mort d’un jeune entrepreneur, qui venait d’être père de famille et vivait tranquillement », déclare Stéphane Recchi, l’avocat de la victime.

Le 2 septembre 2017, François-Xavier Salini-Ricci avait été condamné à deux ans de prison dont un ferme, pour extorsion de fonds par le tribunal correctionnel d’Ajaccio. A cette occasion, il avait comparu au côté de quatre autres prévenus, dont l’un de ses proches, Alexandre Giacopelli. La police s’intéressait alors à cette équipe de trentenaires, membres supposés d’une « bande montante de la région ajaccienne, composée d’une dizaine d’individus dont les liens se sont par la suite distendus », selon un enquêteur.

Il vous reste 35.18% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top