Actualités

Troisième confinement, vague d’arrestations en Jordanie, week-end de Pâques… les cinq informations du week-end à retenir

Vous avez décroché de l’actualité ce week-end ? Nous vous résumons les principaux titres de l’actualité de ces deux derniers jours.

  • Un troisième confinement a débuté en France

Malgré un arrêté préfectoral interdisant l'accès aux berges de Saône à Lyon, après des rassemblements et une fête oragnisée ne respectant pas les mesures sanitaires, plusieurs personnes se sont malgré tout rendues sur ces berges.

En France, depuis samedi soir, les restrictions liées à la situation sanitaire et déjà imposées à dix-neuf départements sont étendues à tout le territoire métropolitain : les commerces jugés non essentiels doivent baisser le rideau, les déplacements seront limités à 10 kilomètres dès mardi matin et, pour la première fois depuis le printemps 2020, les écoles vont fermer pendant trois à quatre semaines.

Lire le récit : « Elle est où, la lumière au bout du tunnel ? » : dans la France confinée pour la troisième fois, la débrouille, les soupirs et les critiques

A partir de mardi, des millions de parents vont, à nouveau, devoir concilier télétravail et école à la maison, avant des vacances scolaires du 12 au 25 avril pour toutes les zones. Après un cafouillage dans la communication gouvernementale, les assistantes maternelles qui gardent des enfants à domicile sont autorisées à poursuivre leur activité pendant les trois prochaines semaines.

L’exécutif mise sur une nouvelle accélération de la campagne vaccinale avec une cadence visée de 400 000 injections quotidiennes pour espérer commencer à relâcher la pression des restrictions sanitaires dans quelques semaines. Emmanuel Macron a notamment évoqué, mercredi, la perspective d’une réouverture de certains lieux culturels à la mi-mai.

Téléchargez : la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire
  • Le message pascal du pape aux plus vulnérables

Le pape François, quelques minutes avant le début de sa bénédiction dans la basilique Saint-Pierre, au Vatican, dimanche 4 avril.

Pour la deuxième année, des millions de chrétiens dans le monde ont célébré Pâques, dimanche, sous le signe des contraintes sanitaires. Le pape François a consacré son message pascal, précédant la bénédiction Urbi et orbi – à la ville de Rome et au reste du monde –, aux plus vulnérables, aux malades du Covid-19, aux migrants, aux personnes précipitées dans la précarité par la pandémie, et aux populations victimes des guerres en Syrie, au Yémen, en Libye et en Afrique.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le pape François rentre d’Irak « fatigué », mais heureux de « revivre, après ces mois de prison » dus à la pandémie

Le pape argentin a par ailleurs appelé « toute la communauté internationale à un engagement partagé afin de surmonter les retards » dans la distribution des vaccins « et en favoriser le partage, en particulier avec les pays les plus pauvres ».

  • Vague d’arrestations en Jordanie sur fond de lutte de pouvoir

Dans la capitale de la Jordanie, Amman, dimanche 4 avril.

Le vice-premier ministre jordanien pour les affaires politiques, Aiman Safadi, a accusé dimanche l’ancien prince héritier du royaume, Hamza Ben Hussein, d’avoir été en contact avec des complices à l’étranger en vue d’un complot visant à déstabiliser la Jordanie. Samedi, les autorités jordaniennes ont procédé aux arrestations de quatorze à seize personnes pour « raisons de sécurité », notamment des proches de la famille royale.

Dans une vidéo transmise à la BBC par son avocat, le prince Hamza a nié avoir pris part à un complot et a accusé les autorités de son pays de « corruption » et d’« incompétence ». Hamza est le fils aîné du roi Hussein et de son épouse américaine, la reine Noor, née Lisa Halaby. Conformément au souhait de son père, mort en 1999, il avait été nommé prince héritier lorsque Abdallah était devenu roi mais, en 2004, Abdallah l’avait dépouillé du titre et l’avait donné à son fils aîné Hussein.

Plusieurs personnalités de haut rang, dont Bassem Awadallah, ancien conseiller du roi, et Charif Hassan Ben Zaïd, membre de la famille royale, ont été interpellées. Les services de sécurité ont demandé le renvoi des participants à ce complot devant un tribunal de sûreté de l’Etat, a précisé Aiman Safadi.

Lire aussi : Dix ans après les « printemps arabes », le chaos et l’espoir
  • La mobilisation prodémocratie se poursuit en Birmanie

Un œuf de Pâques décoré pour protester contre le coup d’Etat militaire en Birmanie, dimanche 4 avril, à Rangoun.

Les opposants au coup d’Etat en Birmanie ont défié dimanche le régime militaire avec des œufs de Pâques antijunte. Des photos d’œufs étaient diffusées sur les réseaux sociaux, décorés de messages contre le régime : « Sauvez la Birmanie », « Nous voulons la démocratie », « Dégageons MAH [le puissant chef de la junte Min Aung Hlain] ».

D’après l’Association d’assistance aux prisonniers politiques, plus de 550 civils, dont des femmes et des enfants, ont été tués par les forces de sécurité depuis le putsch qui, le 1er février, a renversé le gouvernement civil d’Aung San Suu Kyi. Les deux derniers jours de mobilisation ont été marqués par l’annonce de dix des principales factions rebelles du pays qu’elles allaient « réexaminer » un accord de cessez-le-feu avec l’armée, signé en 2015, pour dénoncer l’actuel traitement des civils par la junte.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La bataille de Hlaing Thar Yar a été un tournant du mouvement de résistance en Birmanie

Dimanche, la compagnie française Total a par ailleurs annoncé maintenir ses activités en Birmanie malgré un encouragement à partir pour ne pas soutenir, par le paiement de taxes et de droits de production, le régime actuellement au pouvoir. La société va maintenir sa production de gaz, qui « alimente en électricité une population nombreuse à Rangoun », la capitale économique, a fait savoir son dirigeant, Patrick Pouyanné. Le groupe ne veut pas non plus exposer ses salariés sur place au risque de « travail forcé » s’il partait.

  • Accord France-UE pour un nouveau soutien à Air France

La gouverne de direction et la dérive de plusieurs avions d’Air France stationnés à l’aéroport Roissy-Charles de Gaulles, près de Paris, le 2 avril.

Le ministre français de l’économie, Bruno Le Maire, a annoncé, dimanche, qu’un « accord de principe » avait été trouvé avec la Commission européenne sur une nouvelle aide financière pour Air France, dont le montant est encore inconnu. La compagnie devra en échange abandonner plusieurs de ses créneaux horaires réservés à l’aéroport d’Orly.

M. Le Maire a rappelé que l’Etat français avait déjà « beaucoup soutenu » Air France, en apportant déjà 7 milliards d’euros, et ne signait pas « un chèque en blanc ». « Il y a des dizaines de milliers d’emplois derrière, c’est stratégique pour le pays. Mais Air France doit faire des efforts de compétitivité » et « continuer à réduire ses émissions de CO2 ».

  • Et aussi :

Covid-19. Un passeport sanitaire sera expérimenté dès la mi-avril au Royaume-Uni, dans neuf sites tests (stade de football, boîte de nuit…). La veille, l’Etat américain de Floride avait décidé de son interdiction.

Ukraine. La France et l’Allemagne ont exprimé leur inquiétude face aux nombreuses violations du cessez-le-feu entre la Russie et l’Ukraine dans l’est du pays, après plusieurs mois de stabilité.

Egypte. Vingt-deux chars ont transporté, lors d’un spectacle grandiose dans les rues du Caire, des momies de rois et reines de l’Egypte antique jusqu’au Musée national de la civilisation égyptienne, nouvelle demeure des dépouilles royales.

Le Monde avec AFP

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top