Actualités

Star Wars : la revanche de Boba Fett

Une dizaine de minutes à l’écran auront suffi pour en faire une légende. Ce personnage secondaire énigmatique, guerrier aux multiples gadgets caché derrière son armure verte écaillée et son casque à visière, a la réputation d’être le meilleur chasseur de prime de la galaxie.

Apparu pour la première fois au cinéma en 1980 dans L’Empire contre-attaque, Boba Fett est aujourd’hui une icône dans l’univers Star Wars – même si un néophyte pourra trouver étrange qu’un personnage de second plan soit devenu aussi central. Sans trop en dévoiler, sachez que Boba Fett réapparaît dans la série The Mandalorian, dont la saison 2 sur Disney + s’est achevée ce vendredi 18 décembre. Et après ce retour à l’écran, une énigmatique série lui étant entièrement consacrée (The Book of Boba Fett) est même annoncée à la fin du générique.

Pour comprendre l’excitation que peut provoquer chez les fans un tel retour, savamment orchestré par Disney dans la lignée du succès du Mandalorian, il faut remonter au commencement de la saga Star Wars. Lorsqu’une jeune génération de fans a découvert pour la première fois cet énigmatique et sombre chasseur de primes. Et ce, avant même sa première apparition dans la première trilogie.

Annonce : Un nouveau film de la saga « Star Wars » prévu pour 2023

Un personnage de cartoon

Après l’immense succès du premier film Star Wars, en 1977, l’équipe de George Lucas se lance rapidement dans la réalisation du deuxième volet prévu en 1980. Le distributeur des films, la 20th Century Fox, s’inquiète toutefois de voir son public se désintéresser progressivement de la franchise.

Le test des Décodeurs : Savez-vous classer les films de la saga dans le bon ordre ?

Il commande alors un programme télé au réalisateur Steve Binder pour une diffusion pour les vacances de Noël de 1978. The Star Wars Holiday Special, dont on trouve trace sur YouTube, est un téléfilm musical de sinistre réputation qui met en scène la famille de Chewbacca dans une myriade de péripéties.

Dans ce film apparaît pour la première fois un personnage encore inconnu, le plus grand chasseur de prime de la galaxie, Boba Fett. Alors âgé de onze ans, Patrice Girod, un grand spécialiste de la saga et coauteur du livre Star Wars : objet du mythe se souvient de cette première rencontre :

« Il faut bien se souvenir qu’à l’époque, on n’avait pas de DVD ou de VHS. On ne savait même pas qu’il y aurait une suite. Donc quand ce programme télé est sorti, on était tous complètement dingues. On a vu apparaître ce nouveau personnage, un chasseur de prime monté sur le dos d’un énorme dragon. Et dans l’inconscient collectif, il a tout de suite été un peu à part. »

Dans cette courte séquence animée de dix minutes, des milliers de jeunes fans découvrent alors ce nouveau personnage présenté comme un allié de Dark Vador, le grand méchant du premier film. « Boba Fett est devenu une icône par la façon dont il a été présenté à l’époque, continue Patrice Girod. Et j’ai bien peur que ce personnage n’ait plus jamais le même côté mystique et unique qu’il a eu pour nous et notre génération. »

Inventé par le cinéaste de renom Joe Johnston et l’illustrateur Ralph McQuarrie, Boba Fett fascine le public dès sa première apparition et avant même d’avoir pu arriver sur les grands écrans. « George Lucas voulait un nouveau soldat, explique Joe Johnston, le directeur artistique de L’Empire contre-attaque, au site starwars.comL’idée originale derrière Boba Fett était qu’il fasse partie d’une armée de super soldats de l’Empire. Mais le producteur s’est rapidement rendu compte qu’ils ne pouvaient pas se permettre de fabriquer autant de versions du costume. Alors George a déclaré : “Au lieu d’une armée de super soldats, ce sera un chasseur de primes” ».

Ce nouveau méchant, qui n’est ni du côté de l’Empire, ni du côté des rebelles, est alors largement mis en avant par la production pour faire la promotion de leur prochain film, L’Empire contre-attaque. Ce mercenaire énigmatique, le visage constamment caché derrière son casque et à l’armure balafrée par la guerre, entretient le mystère de la suite de Star Wars. Pendant près de deux ans, les fans de la franchise laissent aller leur imagination pour essayer de comprendre comment pourra s’illustrer ce nouveau méchant. Lorsqu’il apparaît enfin sur les grands écrans en 1980, Boba Fett est alors déjà une légende.

« Je pense que ce qui a cristallisé cet intérêt pour les fans c’est à la fois son design fascinant et le mystère qui entoure le personnage », analyse Aurélien Vives, le responsable de la ligne Star Wars chez Panini Comics. Un souvenir partagé par Patrice Girod. « Il faut bien se rendre compte à quel point Boba Fett était fascinant graphiquement, surtout pour un enfant, avec son côté à la Clint Eastwood, l’homme de la plaine dans les westerns italiens. Peu importe si on le voyait peu, ça suffisait à nous émerveiller. »

Une figurine, des jouets et des jeux de rôle

Lors de sa première apparition à l’écran dans L’Empire contre-attaque, Boba Fett est incarné par l’acteur Jeremy Bulloch, dont on a appris le décès ce 18 décembre 2020.

Jeremy Bulloch, premier acteur à avoir incarné Boba Fett, est mort le 18 décembre 2020.

Pour accompagner la promotion de ce nouveau film, les équipes de George Lucas forment alors un partenariat avec la Kenner Toy Company, une entreprise de création de jouets, qui accepte de produire une ligne de figurines pour le film.

Un geste révolutionnaire pour George Lucas qui avait par ailleurs renoncé à certains avantages financiers sur le film, préférant toucher l’intégralité des recettes issues des produits dérivés. Pari réussi : entre 1978 et 1985, l’entreprise Kenner réussira à vendre plus de 300 millions d’unités de jouets, et l’un de leurs produits phares sera longtemps la figurine du célèbre chasseur de prime.

« A notre époque, on n’avait pas de jeux vidéo ou de films à la maison, rappelle Patrice Girod. Donc la seule chose qui nous ramenait à Star Wars, c’était le jouet. C’était le seul moyen de se replonger dans l’univers. » Si les jouets, figurines et poupées Boba Fett sortent du lot, c’est pour raison très simple : son équipement. « Pour le coup, ce qui a surtout plu aux fans et aux enfants, c’était le fait qu’il avait un petit lance-roquettes dans le dos, détaille Aurélien Vives. Forcément, à côté, le sabre de Luke Skywalker semblait plus rudimentaire. »

Même après la fin de la première trilogie, Boba Fett gardera toujours une place de choix dans les campagnes de merchandising ou dans les nombreux produits dérivés de l’univers. Que ce soit dans des nombreux jeux de rôles comme Hoth Ice Planet Adventure (1980) ou Battle at Sarlacc’s Pit (1983). Sans oublier toute une série de comics publiée entre 1977 et 2014 relatant les aventures du chasseur de prime.

Une mort ridicule

Mais l’aventure de ce guerrier aurait pu prendre une tournure bien différente. Avec la sortie du troisième et dernier volet de la première trilogie en 1983, Le Retour du Jedi, tout le monde attendait avec impatience le retour triomphal de Boba Fett. Et beaucoup furent déçus de voir que ce méchant si apprécié du grand public était froidement éjecté du scénario quelques minutes après le début du film, dans ce qui sera longtemps considéré comme la mort la plus ridicule de l’univers Star Wars.

« On est tous sortis un peu éberlués en voyant cette mort si peu glorieuse de Boba Fett, alors qu’on nous l’avait vendu comme ce grand méchant, explique Patrice Girod. C’était incompréhensible. » Ce n’est que bien plus tard, en lisant un livre publié en 2019 par un ancien de chez Lucas Film, que le spécialiste comprit enfin pourquoi il avait eu droit à ce traitement :

« J’ai découvert qu’initialement, George Lucas avait l’intention de faire une deuxième trilogie pour raconter l’histoire de l’Empereur et la rédemption de Dark Vador. Comme l’Empereur ne devait pas encore apparaître dans le Retour du Jedi, il avait besoin d’un autre méchant pour le troisième film. Et c’est comme ça qu’il a créé Boba Fett. Et c’est pour ça d’ailleurs qu’on nous l’avait si bien vendu. Sauf qu’à la fin du deuxième film, il a décidé d’arrêter ce projet. Du coup, il récupérait l’Empereur comme méchant et n’avait plus besoin de Boba Fett. Il s’en est donc débarrassé. »

Malgré cela, la Boba Fett n’a jamais perdu de son prestige : sa disparition aussi ridicule que soudaine ne satisfait pas toute une génération de jeunes fans. De nombreuses théories émergent alors pour expliquer pourquoi il y a des raisons d’espérer que leur mercenaire préféré soit resté vivant après Le Retour du Jedi.

Parmi eux, se trouve alors un certain Jon Favreau, à la tête aujourd’hui de la série The Mandolarian. Il raconte dans une interview enregistrée pour l’ATX Television Festival, comment le Retour du Jedi a inspiré les prémices de sa série :

« On a tous aimé Boba Fett, mais on n’a pas suffisamment eu ce qu’on voulait de lui. Il est arrivé de façon un peu abrupte dans “Le Retour du Jedi” et on voulait que quelqu’un puisse être à la hauteur de ce qu’on avait espéré voir quand on était plus jeunes. »

Le créateur dépassé

Ce personnage qu’il voulait être à la hauteur de ce qu’aurait pu devenir Boba Fett, c’est Din Djari : le héros du Mandolarian diffusé depuis 2019 sur Disney +. Un chasseur de prime au grand cœur qui ne montre jamais son visage. « Ce n’est pas une surprise de voir que tous les grands noms du cinéma qui travaillent sur Star Wars comme J.J. Abrams ou Jon Favreau ont tous le même âge. On a tous été marqués, enfants, par cette saga. Et c’est normal que des personnes n’ayant pas vécu ça à l’époque ne comprennent pas pourquoi on s’intéresse tant à ce personnage », explique Patrice Girod au Monde.

George Lucas lui-même a bien dû reconnaître que le personnage lui avait, d’une certaine façon, échappé. Et que malgré sa disparition, le public était toujours en demande de « plus de Boba Fett ». C’est ainsi, qu’en 1997, lorsqu’une édition spéciale des premiers Star Wars ressort, il lui offrira quelques minutes de temps d’écran supplémentaires en le rajoutant numériquement dans l’une des scènes.

Lire le compte rendu : Disney mise désormais plus sur le streaming que sur les salles de cinéma

Dans la deuxième trilogie de Star Wars sortie entre 1999 et 2005, les fans auront même droit à quelques explications sur l’origine du personnage. On y apprendra ainsi que le mystérieux mercenaire est en réalité le clone d’un chasseur de prime de la race des mandaloriens, dont le code génétique a donné naissance à une armée de soldats de l’Empire : des personnages iconiques de Star Wars, même si on ne voit jamais leur visage.

« Starwarsotron » : Générez votre propre scénario
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top