Actualités

Sous la pression du variant anglais, Dunkerque voit flamber l’épidémie de Covid-19

Par Camille Stromboni

Publié aujourd’hui à 03h53, mis à jour à 05h27

Arrivé trois quarts d’heure avant l’ouverture, il est le premier dans la file d’attente qui s’allonge devant le Kursaal, le palais des congrès de Dunkerque (Nord), transformé dans l’urgence, jeudi 18 février, en centre de dépistage du Covid-19. Le retraité Jean-François Dehaene, comme beaucoup de Dunkerquois venus effectuer un test antigénique à deux pas de la plage de Malo-les-Bains, veut avant tout « se rassurer », alors que l’épidémie flambe dans sa ville depuis deux semaines.

A l’extérieur du Kursaal des personnes patientent avant de faire un test de dépistage du Covid-19. Dunkerque, le 18 février 2021.
Evelyne Hecquet, 67 ans, est venue faire un test. Dunkerque, le 18 février 2021.

« Le Covid-19, c’est une chose, mais le variant britannique, c’est très anxiogène, et ça s’est centralisé à Dunkerque », dit l’homme de 59 ans, avant de passer sous l’une des tentes blanches pour le prélèvement nasopharyngé. « Je n’ai aucun symptôme, et on ne voit quasiment plus personne, mais c’est un virus qui nous fait peur, ça va à une vitesse folle », abonde, à quelques mètres, Evelyne Hecquet, 67 ans, venue elle aussi pour lever toute inquiétude.

Lire aussi Covid-19 : comment le variant B.1.1.7, apparu en Angleterre, menace de relancer l’épidémie en France

Comme une traînée de poudre, le variant britannique s’est imposé en quelques semaines seulement dans la cité portuaire de Jean Bart. Si le pays se situe aux alentours de 36 % de cas positifs « criblés » au variant « B.1.1.7 » au 18 février, d’après le ministère de la santé, c’est le cas de 72 % des tests des Dunkerquois.

Cette progression s’est accompagnée d’une envolée des contaminations, avec un taux d’incidence qui a franchi depuis plusieurs jours déjà les 600 cas pour 100 000 habitants sur une semaine, soit trois fois plus que la moyenne nationale. Il a atteint 713 cas dans la communauté urbaine de Dunkerque, vendredi 19 février. Le taux de positivité dépasse également de 5 points les chiffres nationaux, à 11 %.

« Ça a explosé en dix jours, ça part de partout, ça va très vite », décrit le maire (divers gauche) de Dunkerque, Patrice Vergriete. Clusters au commissariat, au tribunal, dans les écoles, hôpital saturé de patients Covid-19… Le scénario ressemble à celui redouté de toutes parts face au variant à la contagiosité plus forte.

José Coppey, 54 ans, est venu faire un test de dépistage, il est ensuite dirigé vers la salle où il attendra le résultat. Le Kursaal, Dunkerque, le 18 février 2021.
Rémy Cellier, 26 ans, a eu un résultat négatif au test antigénique. Cependant comme il présente des symptômes il fait un test PCR.  Le Kursaal, Dunkerque, le 18 février 2021.

« On essaie de rassurer »

« On sent que l’étau se resserre, on connaît de plus en plus de personnes qui ont le virus avec le variant, dit Alexandra, 30 ans, venue se faire tester après sa semaine d’isolement, ayant été cas contact après un déjeuner avec une amie. On a forcément peur de l’attraper, jusqu’à maintenant avec toutes les précautions qu’on prenait, ça marchait, mais là, on a l’impression que ça va nous tomber dessus quand même… »

Il vous reste 80.07% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top