Actualités

Soulagés par l’annonce du déconfinement, les professionnels du tourisme breton courent désormais après les saisonniers

Bien sûr, il est content. Soulagé, plus précisément. Le calendrier du déconfinement dévoilé ce jeudi 29 avril est celui qu’espérait Dominique Spenlehauer, représentant de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) en Bretagne. D’ici au 19 mai, lui et ses homologues pourront ouvrir leurs terrasses. Le 9 juin, ils pourront déverrouiller les portes de leur établissement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : le déconfinement en quatre étapes sous conditions d’Emmanuel Macron

La saison touristique va enfin pouvoir débuter dans la péninsule. D’autant que les professionnels prédisent un été « normal », à l’image de celui de l’année passée. « Dès le premier jour d’ouverture, nous allons être blindés. D’habitude, la saison ressemble à un marathon durant lequel on a le temps de former les équipes. Là, nous serons engagés dans un long sprint, explique le représentant breton du syndicat hôtelier. Nous sommes confrontés à une inquiétante pénurie de main-d’œuvre. A cause de la crise, le vivier de saisonniers s’est tari. »

Pour assumer l’affluence estivale bretonne habituelle, quelque 50 000 travailleurs, dont la majorité dans l’hôtellerie et la restauration, sont nécessaires. L’UMIH explique recevoir quantité d’appels de professionnels incapables de boucler leurs équipes faute de candidatures.

« Actuellement, la situation est compliquée pour les patrons, constate Grégory Fourgault, chef cuisinier. Dans mon entourage, nombre de saisonniers se sont reconvertis. Faute d’avoir pu travailler cet hiver, ils n’avaient plus de droits au chômage et ont changé de voie. Moi, j’ai préféré attendre, quitte à vivre chez mon père avec les minima sociaux. » Ce Malouin de 41 ans, habitué à passer l’hiver dans des stations de ski, puis à revenir en été en Bretagne, explique avoir professionnellement l’embarras du choix et se laisse quelques jours pour choisir son employeur.

Offre inédite de logements

Frédéric Sévignon, directeur de Pôle emploi Bretagne, a identifié les tensions dans le secteur du tourisme. Depuis plusieurs semaines, il mobilise ses équipes afin de recenser les demandeurs d’emploi prêts à être embauchés. Ils seraient 4 400 dans la région. Un nombre inférieur aux besoins de recrutement. « Les chefs d’entreprise sont inquiets, mais doivent nous faire confiance. La reprise va être intense, mais nous l’avons préparée », martèle M. Sévignon, qui promet la mise en place de formations express à destination de saisonniers novices ou ayant besoin d’une remise à niveau après plusieurs mois à œuvrer dans d’autres secteurs d’activité, comme l’agroalimentaire.

Il vous reste 46.01% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top