Actualités

Séropositifs au VIH : « J’avais 22 ans et, pour moi, c’était quelque chose qui ne touchait pas les jeunes »

« Je ne m’attendais pas à ce résultat. Pour moi, à l’époque, le VIH c’était quelque chose qui ne touchait pas les jeunes. Je croyais que le virus ne pouvait pas m’atteindre. » Andréa a 22 ans quand elle apprend qu’elle est séropositive, en 2014.

Les personnes âgées de moins de 25 ans représentent 13 % des découvertes de séropositivité en 2019-2020, selon l’agence Santé publique France. Une proportion similaire à celle observée en 2017-2018. Cette donnée s’accompagne d’un autre chiffre préoccupant : 23 % des 15-24 ans s’estiment mal informés sur le VIH et le sida, selon un sondage dévoilé en 2019 par l’association Sidaction. Il s’agit du plus haut niveau depuis dix ans.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Je suis une femme tout à fait banale qui a contracté le VIH en étant étudiante »

Aujourd’hui, Andréa a 28 ans. Six ans après, la jeune femme, qui vit à L’Isle-d’Abeau (Isère), se souvient du « choc » engendré par le test revenu positif. « D’un coup, j’ai réalisé que ma vie allait changer et je me suis mise à pleurer. Je savais que je n’allais pas mourir demain. En revanche, j’étais terrifiée par l’impact du virus sur ma vie sociale et sentimentale. Je me suis dit : “C’est fini, plus aucun homme ne voudra de moi” », se remémore-t-elle.

Loïc, lui, a vu « [sa] vie défiler » au moment de l’annonce. « J’avais 26 ans et j’ai pensé : “Ce n’est pas possible, je suis beaucoup trop jeune. Je venais d’arriver à Londres, ça a été mon “cadeau de bienvenue” », ironise-t-il sept ans plus tard, ajoutant :

« Je pensais qu’il ne me restait plus longtemps à vivre, que je devais partir faire le tour du monde pour profiter de mes derniers mois. A ce moment-là, j’étais nounou. C’était un jeudi, il était 15 heures et je devais aller chercher les petites à l’école. Ma meilleure amie m’a mis un coup de pied au cul : “Allez, va bosser, la vie continue.” Ça m’a remis sur les rails. »

Les mois, parfois les années, qui suivent la découverte de la séropositivité sont souvent très difficiles à vivre sur le plan psychologique. D’autant plus à un âge souvent synonyme d’insouciance et de légèreté. « Je vivais dans la honte et le secret. De Mme Tout-le-Monde, j’avais le sentiment de devenir une pestiférée », confie Andréa, qui est passée par plusieurs périodes dépressives et qui a fait une tentative de suicide. « Certains jours, c’était vraiment dur de sortir du lit et de ne pas passer la journée à fixer le mur », abonde Loïc.

« Peu à peu, la honte s’est estompée »

Il vous reste 70.08% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top