Actualités

Roland-Garros : Richard Gasquet croque Gaston et s’apprête à retrouver sa némésis

Richard Gasquet a pris le meilleur sur son compatriote Hugo Gaston, mardi, et voit se profiler Nadal.

On ne traîne pas quand on a rendez-vous, fut-ce pour affronter l’ogre de la terre battue dans son antre. Le genre d’épouvantail que l’on s’acharne à éviter à tout prix en temps normal. Richard Gasquet n’a pas traîné, mardi 1er juin, sur le court Suzanne-Lenglen. En trois manches sèches et à peine plus d’une heure et demie de jeu, le vétéran français, jadis surnommé le « Petit Mozart du tennis » hexagonal, a effacé son compatriote Hugo Gaston (6-1, 6-4, 6-2) pour rallier le deuxième tour de Roland-Garros. Où l’attend une équation qu’il n’a jamais résolue : Rafael Nadal.

A la différence de sa statue, inaugurée à l’orée de cette édition sur l’esplanade faisant face au court Philippe-Chatrier, Rafael Nadal n’est pas fait de métal. Mais, pour Richard Gasquet, la différence entre le Majorquin et un Terminator peut sembler menue. « Rafa, c’est le seul joueur que je n’ai jamais battu. Ça fait dix-sept ans que je l’affronte et je n’ai jamais gagné. C’est très désagréable », a confessé le Français après sa rencontre. D’autant plus que c’est le seul joueur du circuit à résister, encore et toujours à sa malice : Roger Federer et Novak Djokovic ont déjà cédé (rarement), pas Nadal.

Lire notre chronique (de 2018) : Richard, la France est avec toi

Au sortir de sa victoire – des débuts expéditifs avant un troisième set qui a failli lui échapper – face à l’Australien Alexei Popyrin (6-3, 6-3, 7-6 [7-3]), le tridécuple vainqueur du Grand Chelem parisien s’est réjoui de retrouver un adversaire qu’il « connaît depuis tout petit ». Et malgré ses titres à la pelle, le taureau de Manacor n’oublie rien. Il a rappelé avoir été battu, en 1999, par Richard Gasquet, lors des Petits As, à Tarbes (Hautes-Pyrénées), le championnat du monde officieux des moins de 14 ans. « Après, on a eu tous deux de grandes carrières. » Les deux joueurs avaient 13 ans et les références au tournoi tarbais commencent à courir sur le haricot du Français. « C’est une telle connerie ! Honnêtement, le “tu l’as battu à 13 ans”, je l’ai entendu des milliers de fois », a esquivé le joueur – là où son adversaire remontait le temps de lui-même.

Dix-septième affrontement, jusque-là à sens unique

En matière de parcours ressassé, Hugo Gaston a encore quelques années devant lui avant de rivaliser avec son compatriote. Mardi, le Français a refermé sa parenthèse enchantée de l’automne 2020. Huit mois après avoir rallié les huitièmes de finale en éliminant notamment l’ancien vainqueur Stan Wawrinka et tout près de rééditer l’exploit face à Dominic Thiem, le Toulousain n’a pas retrouvé les conditions ayant permis à son jeu de surprendre le circuit. Et s’il a exprimé « beaucoup de frustration » pour ne pas être parvenu à mettre son jeu en place – bien aidé par Gasquet –, le Français a soufflé.

Sa défaite au premier tour permet de remiser son bon parcours lors de l’édition précédente. Et le jeune joueur ne s’en plaindra pas : « C’est pesant, parce qu’on me parlait beaucoup de ça, à n’importe quelle conférence de presse. J’ai envie de passer à autre chose, et juste me concentrer sur le futur. » Si Richard Gasquet prédit que ce futur sera beau pour Gaston, « la relève du tennis français », il lui faudra revenir porte d’Auteuil et briller à nouveau. Pour ne plus être qualifié de « surprise ». Après son élimination, conjuguée notamment à celle de Lucas Pouille mardi, le contingent français s’amenuise. Ils ne sont que trois, chez les hommes, à avoir franchi le premier tour – un triste record historique –, et quatre chez les dames.

Lire aussi Roland-Garros : Gaël Monfils, Fiona Ferro et Kristina Mladenovic passent le premier tour

Jeudi, Richard Gasquet a rendez-vous. Pas avec l’histoire, le Bitterois admet qu’il n’a plus ses jambes d’antan et a ahané, en conférence de presse, au moment de « poser [sa] vieille couenne », mais avec son adversaire le plus intime. « Il y a trois ans, ça avait été une branlée, donc j’espère me faire plaisir », a soufflé le Français, « heureux de [se] retrouver à pouvoir le jouer à Roland-Garros » une fois encore.

Car à tous deux 35 ans, « et clairement pas le même niveau », a souri Gasquet, nul ne sait si et quand un dix-huitième affrontement suivra ce dix-septième match entre les deux hommes. « Je n’ai pas encore beaucoup de Roland-Garros à disputer, donc je veux en profiter. » Grand joueur de belote devant l’éternel – il a même payé sa passion d’un isolement lors du dernier US Open –, Richard Gasquet détesterait finir capot. Fut-ce face au maître incontesté de Roland-Garros.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top