Actualités

Rencontre | Après 50 ans, Plantu quitte « Le Monde ». Il revisite les temps forts de sa carrière et ses premiers pas vers le dessin

Par Annick Cojean

Publié aujourd’hui à 05h10, mis à jour à 12h49

En mai 2020, juste en sortie du premier confinement, Plantu est arrivé au 67-69 rue Mendès-France, à Paris. Nouvelle règle pour un nouveau lieu, le dessinateur est passé comme toute la rédaction à l’open space.

Mais l’adaptation, il connaît, après un demi-siècle au Monde. Alors, très vite, dos à la Seine, casque rempli de musique sur les oreilles, il a repris ses feuilles, ses crayons, ses stylos. Comme au premier jour. Et moins d’un an plus tard, il accepte de revisiter sa carrière, alors qu’il publie son dernier dessin dans Le Monde, mercredi 31 mars, avant de prendre sa retraite.

Je ne serais pas arrivé là si…

… Si, un beau matin de 1972, le gardien de l’immeuble du Monde, rue des Italiens, enfermé dans sa petite guérite, n’avait pas laissé entrer le grand garçon timide de 21 ans qui avait demandé s’il pouvait rencontrer un journaliste. Lequel ? Il ne savait pas. Il ne connaissait personne. Il voulait juste montrer ses dessins…

Le type m’a dit de monter au premier étage. Aussi simplement. Et sur le palier, un garçon de bureau en uniforme gris, un œil sur mon grand carton vert, a dit : « Vous êtes dessinateur, c’est ça ? » Ben oui. Je gagnais ma vie comme vendeur d’escabeaux au Galeries Lafayette, mais je comptais bien que ce job soit provisoire. J’ai attendu dix minutes. Et on m’a fait entrer dans le bureau d’un homme très impressionnant : de Gaulle.

Pardon ?

Bernard Lauzanne, le rédacteur en chef, il ressemblait beaucoup à de Gaulle, en bienveillant. Il prend le temps de regarder chacun de mes dessins et me dit : « Oui, c’est bien dans l’esprit de ce qu’on veut faire… » Et il conclut : « Continuez ! Envoyez-nous ce que vous faites, et revenez nous voir. » Je ne touche plus terre. Quand je m’étais pointé à Pilote, j’avais été reçu comme un chien.

Et vous suivez son conseil ?

Et comment ! Le jour, je suis aux Galeries ; le soir, devant le journal télévisé ; la nuit, sur mes feuilles de papier. Au petit matin, je dépose mon dessin au Monde. La guerre du Vietnam, la Rhodésie, Pompidou… Il faudra attendre trois mois avant qu’un samedi matin, Lauzanne m’annonce : « C’est dans le journal de cet après-midi. »

Je dévale les escaliers, je fonce au kiosque sous une pluie battante, mes Clarks trouées pleines de flotte. Ma colombe est bien là, page 2 de l’édition des 1er-2 octobre 1972. Ma colombe avec un point d’interrogation dans le bec, pour exprimer l’incertitude sur la fin de la guerre du Vietnam. C’est incroyable ! Quelque temps après, sort un deuxième dessin : Willy Brandt à cheval sur le mur de Berlin. Puis un troisième : Pompidou, cigarette au bec, dans l’Europe des Six.

Il vous reste 89.95% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top