Actualités

Quatre législatives partielles pour un test avant les régionales

A Cambrai, le 1er juin 2021.

Pour le deuxième week-end consécutif, les électeurs de quatre circonscriptions sont appelés aux urnes. Le second tour de quatre législatives partielles est prévu dimanche 6 juin dans le Pas-de-Calais, dans l’Oise, à Paris et en Indre-et-Loire : un test avant les régionales et les départementales de fin juin, en dépit de la faible participation attendue.

A Paris, dans le XXe arrondissement, un duel opposera comme en 2017 le Parti socialiste et La France insoumise, dans une quinzième circonscription très ancrée à gauche (la dernière de la capitale conservée par les socialistes). La socialiste Lamia El Aaraje (25,66 % au premier tour) et l’« insoumise » Danielle Simonnet (20,78 %) s’affronteront, sans avoir reçu le soutien de quelque autre candidat éliminé au premier tour que ce soit. L’écologiste Antoinette Guhl (18,42 %) avait en effet laissé ses électeurs libres de leur choix, tout comme le candidat communiste, Thomas Roger (10,57 %).

Dans la troisième circonscription d’Indre-et-Loire, où seulement 18,07 % des électeurs s’étaient déplacés au premier tour, Sophie Métadier (45 %), maire de Beaulieu-lès-Loches, investie par l’Union des démocrates et indépendants (UDI) et Les Républicains (LR) et soutenue par La République en marche (LRM), aborde le scrutin en position de favorite. Elle sera opposée à la socialiste Murielle Riolet (20,06 %), adjointe à la mairie de Chambray-lès-Tours, qui devrait pouvoir compter sur des voix des électeurs d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV – 16,3 % au premier tour). La future élue fera ses premiers pas en tant que parlementaire. L’élection a été provoquée par la démission de la députée Sophie Auconie (UDI) pour raisons de santé. Elle avait ravi la circonscription à l’ancienne ministre socialiste Marisol Touraine en 2017.

Une ministre en ballottage favorable

Dans la sixième circonscription du Pas-de-Calais, la ministre LRM Brigitte Bourguignon pourrait apporter à la majorité présidentielle sa première victoire en législative partielle du quinquennat. Elle affrontera en ballottage favorable (34,95 % des voix) la candidate du Rassemblement national Marie-Christine Bourgeois (24,02 %). La ministre, anciennement socialiste, a bénéficié du soutien indirect du président de la région, Xavier Bertrand, qui a appelé à faire « barrage au FN ». Marine Le Pen l’a accusé en riposte d’être un « supplétif » d’Emmanuel Macron.

Dans la première circonscription de l’Oise, le neveu d’Olivier Dassault (décédé accidentellement en mars) est en ballottage très favorable face à la candidate RN Claire Marais-Beuil. Au premier tour, Victor Habert-Dassault (LR) est arrivé largement en tête avec 58,44 % des voix, en dépit d’accusations de « parachutage », sa rivale engrangeant un score de 15,27 % des voix.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Dans l’Oise, le parachutage compliqué de l’héritier Dassault

Le Monde avec AFP

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top