Actualités

« Prime Covid » pour les aides à domicile : des versements très inégaux selon les départements

Quatre mois après la promesse d’Emmanuel Macron qu’une prime soit versée « avant Noël » aux aides à domicile ayant continué à travailler pendant le confinement, la ministre déléguée à l’autonomie, Brigitte Bourguignon, s’est réjouie jeudi 17 décembre, dans un communiqué, que 101 départements et collectivités départementales (sur 103) se soient « engagés » à le faire.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Aides à domicile : imbroglio autour du montant de la « prime Covid »

Une façon de « rendre hommage » aux aides à domicile, qui « ont joué un rôle essentiel » au printemps, en continuant à s’occuper, avec « beaucoup de courage et une organisation méthodique », des personnes âgées ou handicapées, avait dit le président de la République, le 4 août à Toulon.

Pour ce faire, il fallait imaginer un mécanisme particulier : si l’Etat a pu s’appuyer sur l’assurance-maladie pour verser avant l’été une prime exceptionnelle au personnel des hôpitaux et des Ehpad, le financement des aides à l’autonomie n’est pas directement de sa compétence mais de celle des départements.

Un système incitatif

L’accord conclu en août avec l’Assemblée des départements de France a prévu un système incitatif : débloquant 80 millions d’euros, l’Etat a proposé de financer la moitié de la prime si la collectivité consentait à un effort au moins égal. Cent une d’entre elles ont donc joué le jeu, signe, pour Mme Bourguignon, « de la réussite de la méthode ».

« C’est un effet de communication qui fait croire que quasiment toutes les professionnelles ont touché une prime. Mais ce n’est pas la réalité du terrain », tempère Anne, assistante de vie et fondatrice du collectif national La force invisible des aides à domicile, qui s’est créé sur Facebook au printemps.

La carte de France mise en ligne par le ministère révèle, en effet, de grandes disparités. D’abord dans le montant de la prime : annoncée de 1 000 à 1 500 euros dans la plupart des départements, elle est inférieure à 750 euros dans douze d’entre eux. Son montant est encore « inconnu » dans quinze autres. Et dans le Jura et la Loire, il n’y en aura pas.

« Si la Loire avait touché les 36 millions d’euros que l’Etat lui doit au titre de la prise en charge du RSA, on l’aurait fait ! », Georges Ziegler, président du conseil (LR) départemental de la Loire

« La réalité, c’est que je n’ai pas les moyens de verser cette prime à toutes les professionnelles concernées, explique, irrité, le président du conseil départemental de la Loire, Georges Ziegler (LR). Si la Loire avait touché les 36 millions d’euros que l’Etat lui doit au titre de la prise en charge du RSA, on l’aurait fait ! »

Il vous reste 48.55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top