Actualités

Présidentielle 2022 : Nicolas Sarkozy, « valeur refuge » d’un parti de droite à la peine

Nicolas Sarkozy, lors d’une séance de dédicace de son livre « Le Temps des Tempêtes », à Cannes, le 24 août 2020.

Certaines histoires d’amour ne prennent jamais fin. Il en va ainsi de la relation du parti Les Républicains (LR) avec Nicolas Sarkozy. Adulé, considéré comme une figure tutélaire, « au-dessus des autres », le dernier président issu des rangs de la droite n’est jamais loin des esprits quand il s’agit d’évoquer le profil du candidat idéal pour le scrutin présidentiel de 2022. Comme si le mouvement de droite, qui l’a pourtant évincé lors de la primaire de 2016, n’avait jamais fait le deuil de ses défaites successives.

Si cette envie d’un retour de Nicolas Sarkozy au premier plan est présente de façon diffuse depuis 2017, elle semble aujourd’hui plus forte que jamais. Lors des déjeuners, des dîners, des conversations entre deux portes, nombreux sont ceux qui passent en revue les candidatures potentielles pour le scrutin présidentiel avant de conclure invariablement : pourquoi pas lui ?

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Chez LR, certains rêvent d’un retour de Nicolas Sarkozy

« C’est un rêve, mais ce n’est pas interdit de rêver. Je pense que le rêve se partage de plus en plus, je le vois bien dans les confidences que me font les uns et les autres, j’étais isolé au départ mais visiblement de moins en moins », affirme Pierre Charon, sénateur (LR) de Paris et fidèle de la première heure de l’ancien président de la République.

« Je suis de ceux qui considèrent qu’il a un rôle majeur à jouer. Nicolas Sarkozy est un espoir et une espérance. On sent quand on rencontre les électeurs qu’ils sont là et lui sont fidèles », abonde le député (LR) des Alpes-Maritimes Eric Ciotti. Une valeur refuge en somme, comme la pierre en période d’incertitude économique.

Forte autorité d’un chef

En lui, les fans voient une sorte de Cincinnatus, cet ancien consul romain rangé de la politique pour s’occuper de ses terres, rappelé par une délégation de sénateurs venus lui demander de sauver une cité en proie aux troubles. Un « sauveur », « un homme providentiel » qui pourrait, selon eux, revenir à la vie politique afin de mener le bateau France et, avec lui, la barque droite dans la tempête.

Car si le pays traverse une crise sanitaire et bientôt sociale sans précédent, le parti lui non plus n’est pas dans la meilleure des formes. A la croisée des chemins, LR joue purement et simplement sa survie. Dans l’opposition depuis maintenant neuf ans, il ne peut se permettre de rester à la porte du second tour en 2022, au risque de se fracturer.

Lire la chronique de Françoise Fressoz : Présidentielle 2022 : « Ceux qui rêvent de briser le duopole Macron-Le Pen n’ont pas encore trouvé le trou de souris par lequel se faufiler »

« Beaucoup se disent que, pour sortir du bazar dans lequel le pays se trouve, il faudrait un homme avec de l’autorité, comme Nicolas Sarkozy a su en avoir », admet ainsi Christian Jacob, patron du parti. « Sarkozy est exceptionnel en temps de crise, analyse Frédéric Péchenard, vice-président de la région Ile-de-France et ancien directeur général de la police nationale, ça marque, même ceux qui ne l’aiment pas forcément. » Et d’ajouter : « Je peux vous dire que, s’il était président, nous aurions eu des vaccins. »

Il vous reste 60.97% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top