Actualités

Première phase du déconfinement : ce qui change à partir de lundi 3 mai

A Strasbourg, le 1er septembre 2020.

Fin des restrictions de déplacement et retour partiel des collégiens et lycéens en classe : les contraintes liées à l’épidémie de Covid-19 commencent à se desserrer lundi 3 mai.

La première étape du calendrier de déconfinement doit donner un léger avant-goût de liberté, avec la fin des attestations en journée et des restrictions de déplacements interrégionaux.

Après deux semaines d’enseignement à distance (du 5 au 12 avril et du 26 avril au 3 mai), qui encadraient deux semaines de vacances scolaires (du 13 au 25 avril), les lycéens doivent retrouver leur établissement en demi-jauge, avec une alternance de classe en présentiel et distanciel.

Pour les collégiens, la rentrée va s’effectuer en présentiel pour tous les élèves de 6e et de 5e. Pour les élèves de 4e et 3e, cela dépendra de la zone dans laquelle se trouve leur collège. S’il est situé dans l’un des quinze départements les plus touchés par la pandémie, ils feront aussi leur rentrée en demi-jauge. Sinon, ce sera en présentiel pour toutes et tous.

Certaines choses restent cependant les mêmes : le télétravail est maintenu, les commerces non essentiels restent fermés et le couvre-feu à 19 heures reste en vigueur dans le pays.

Lire aussi Un déconfinement en quatre étapes, du 3 mai au 30 juin, sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire dans chaque département

Prochaines étapes les 19 mai et 9 juin

Il faudra attendre le mercredi 19 mai pour le voir repoussé à 21 heures. C’est d’ailleurs à cette date qu’est prévue la réouverture des commerces, terrasses, musées, salles de cinémas et théâtres et des établissements sportifs avec spectateurs en jauges limitées, et la reprise des activités sportives dans les lieux couverts et de plein air.

Le couvre-feu sera repoussé à 23 heures à partir du 9 juin, en même temps que la réouverture des cafés et restaurants en intérieur et des salles de sport.

C’est cette étape qui inquiète particulièrement certains scientifiques qui appellent les Français à redoubler de vigilance, malgré le sentiment de liberté retrouvée. Si l’épidémiologiste Pascal Crépey convient, dans un entretien au Monde, qu’« il y avait besoin de relâcher la pression au niveau de la population », il se dit « un peu plus inquiet vis-à-vis des étapes suivantes, et notamment celle du 9 juin », avec la réouverture des salles de restaurants et cafés, lieux où l’on tombe le masque et où « rien n’est préconisé par les autorités sur l’aération ».

Covid-19 : le nombre de malades en réanimation reste stable en France

Le nombre de malades du Covid-19 admis dans les services de réanimation était stable, dimanche 2 mai, avec moins de 5 600 patients, après plusieurs jours de lente décrue, selon les bilans de Santé publique France. Les services de soins critiques (qui rassemblent réanimation, soins intensifs et surveillance continue) comptaient 5 585 patients, dont 173 admis ces dernières vingt-quatre heures, contre 5 581 samedi.

Depuis la mi-avril, le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés dans ces services oscille juste sous le seuil des 6 000 patients, brièvement atteint lundi 26 avril (6 001), avant de repartir à la baisse depuis. Un niveau en deçà du pic de la première vague en avril 2020 (autour de 7 000), mais supérieur à celui de la deuxième vague de l’automne (4 900).

Le nombre de patients admis à l’hôpital pour Covid-19 était de 28 818 dimanche, contre 30 287 il y a une semaine. Ces dernières vingt-quatre heures, 113 malades du Covid-19 sont morts à l’hôpital, contre 195 la veille, portant le nombre des décès à plus de 104 800 depuis le début de l’épidémie au printemps 2020.

Le Monde avec AFP

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top