Actualités

Pomme et Yseult secouent des 36e Victoires de la musique moroses

La chanteuse Pomme a été élue artiste féminine de l’année aux 36e Victoires de la Musique, vendredi 12 février à la Seine musicale de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Les 36e Victoires de la musique promettaient d’être mouvementées, vendredi 12 février, avec des déclarations contre la fermeture des lieux de spectacle et contre le sexisme dans l’industrie du disque. La veille de la cérémonie, qui se tenait à La Seine musicale de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), devant un public très restreint (200 personnes, toutes intermittentes du spectacle), la future lauréate de la catégorie artiste féminine de l’année, Pomme, relançait en effet le débat sur le harcèlement sexuel dans le milieu de la musique.

Lire aussi Victoires de la musique 2021 : Benjamin Biolay sacré artiste masculin et meilleur album, Pomme sacrée artiste féminine

La chanteuse publiait une lettre ouverte sur le site d’information Mediapart et y racontait comment son entrée dans le métier avait été traumatisante. Elle rappelait qu’à l’été 2020, l’opération #musictoo sur les réseaux sociaux avait recueilli « plus de 300 témoignages de harcèlement, agressions et viols, réalisés dans 98 % des cas par des hommes sur des femmes ».

« J’espère que cette nouvelle génération de femmes saura s’imposer et renverser les codes », Pomme, artiste féminine de l’année

Pomme, qui a chanté son désir d’enfant avec Grandiose, a ajouté, lors de la remise de son prix : « J’espère que cette industrie sera de plus en plus safe pour les femmes, que cette nouvelle génération saura s’imposer et renverser les codes qui ne sont pas toujours faciles pour elles. » Pour sa part Yseult, Révélation de l’année, dont la chanson Corps est une affirmation de la différence contre les codes établis de la mode, s’est adressée directement à son père, qui lui interdisait à adolescence de faire de la musique : « Qui l’aurait cru papa ? La réussite est un devoir, mais ce n’est pas fini . Le chemin est long en tant que femme noire, le chemin est long et sinueux en tant que femme grosse… Nous y sommes, papa (…) Bravo à toutes les femmes, on est fortes, on se bat… Ma colère est légitime, notre colère est légitime. J’aimerais que toute la France l’entende », a-t-elle conclu, comme en écho à la lettre de Pomme.

« Bravo à toutes les femmes, on est fortes, on se bat… Ma colère est légitime, notre colère est légitime », a déclaré la chanteuse Yseult, récompensée dans la catégorie Révélation de l’année, lors de la cérémonie des 36e Victoires de la musique, vendredi 12 février.

« L’Etat ne m’a rien donné »

Dès le début de la soirée, retransmise sur France 2 et France Inter, le président d’honneur, Jean-Louis Aubert, s’est montré, lui, offensif envers la ministre de la culture, Roselyne Bachelot, restée, elle, en coulisse. « Je profite de l’absence ou de la présence de Madame la ministre, a-t-il ironisé, pour ne rien lui réclamerEn effet, quand j’ai commencé la musique, je ne crois pas que l’Etat y était mêlé (…) L’Etat ne m’a rien donné, je lui ai beaucoup rendu. Je ne demande rien à Madame la ministre si ce n’est de prendre soin de tous ceux qui bossent autour de nous, les techniciens, les organisateurs de spectacle… Pas longtemps, juste le temps de reprendre la route. » L’ancien chanteur du groupe Téléphone se risquait à un pronostic : « C’est pour bientôt, cet été, c’est bon. » Une heure plus tard, un des musiciens de l’orchestre de la cérémonie tempérait cet optimisme en demandant au gouvernement de prolonger « l’année blanche » accordée aux intermittents du spectacle au-delà de l’été 2021, tant que « tous n’étaient pas en mesure de pouvoir travailler ».

Il vous reste 23.94% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top