Actualités

Plusieurs militaires et retraités de la défense interpellés dans le cadre d’un vaste trafic d’armes

C’est un très gros coup de filet qu’a réalisé, mardi 12 janvier, la brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire parisienne, dans les cercles discrets des passionnés d’armes. Dix personnes ont été interpellées dans plusieurs régions de France et placées en garde à vue, mardi 12 janvier, dans le cadre d’une information judiciaire ouverte en juin 2020 des chefs notamment d’acquisition, de détention, de transport d’armes et d’association de malfaiteurs. Selon nos informations, six de ces interpellés sont des militaires en activité ou de jeunes retraités du ministère de la défense.

Ce réseau relativement atypique par son ampleur et son hybridité avec les milieux du narco-banditisme est notamment soupçonné d’avoir fourni des armes à des trafiquants de drogue et des sympathisants d’ultradroite. Les faits doivent encore être consolidés par les gardes à vue en cours, mais pour certains des interpellés, la question se pose de savoir si ces armes auraient pu servir à nourrir, dans des délais encore à établir, un projet d’action violente. L’un d’entre eux était connu comme sympathisant d’extrême droite tandis qu’un autre était fiché S en raison de ses liens avec l’ultradroite.

Plusieurs tonnes de munitions

Parmi les personnes interpellées se trouvent ainsi deux militaires en activité, comme l’a révélé TF1 mercredi 13 janvier, mais aussi un fonctionnaire du ministère de la défense. Ont également été arrêtés trois militaires retraités partis travailler dans le privé, dont un haut gradé, ainsi qu’un ancien adjoint de sécurité de la police nationale et un agent de sécurité. Ces interpellations ont eu lieu en Ile-de-France, dans l’Est de la France et dans le Sud.

Plusieurs tonnes d’armes et de munitions ont été saisies à l’occasion des perquisitions aux différents domiciles des gardés à vue. Chez l’un d’eux, une cache d’arme a été découverte. Parmi ces armes dont la comptabilité et la typologie précise doivent encore être établies, se trouvent aussi bien des armes de poing, des fusils d’assaut, des armes longues que des grenades et de la poudre. La plupart des armes étaient achetées à des collectionneurs, remilitarisées, puis revendues.

Les gardes à vue peuvent durer jusqu’à quatre-vingt-seize heures. Les juges d’instruction chargés de l’enquête devront évaluer le degré d’implication des personnes interpellées, et décider de leur éventuelle mise en examen et déferrement.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top