Actualités

Oscars 2021 : les promesses d’une cérémonie unique en son genre

Un décor original s’offre à la 93e cérémonie des Oscars, organisée dans la gare Union Station de Los Angeles, dimanche.

La soirée des Oscars, dimanche 25 avril, ne ressemblera à aucune autre : elle sera diffusée en direct d’une gare art déco de Los Angeles, récompensera des films majoritairement vus en streaming et rassemblera des stars d’Hollywood pour la première fois depuis le début de la pandémie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Hollywood, clap de fin pour de mythiques salles de cinéma

Même si le film Mank de David Fincher est en tête avec dix nominations, c’est Nomadland – un hybride de road movie, de drame social et de documentaire suivant des Américains âgés vivant sur les routes après avoir tout perdu lors de la crise des « subprimes » –, qui est considéré comme le grand favori pour la récompense suprême du « meilleur long-métrage ». Cinq autres statuettes sont également à la portée du film de Chloé Zhao, qui se réjouit à l’idée de retrouver le gratin d’Hollywood après un long confinement. 

« Nous voulons voir nos amis ! Nous avons beaucoup d’amis nominés cette année et nous avons vraiment hâte de les voir », a déclaré la réalisatrice chinoise à propos de cette 93e édition.

Les fans risquent cependant de rester sur leur faim car le tapis rouge a, cette année, été réduit à sa plus simple expression, afin de respecter les règles sanitaires et la distanciation sociale La plupart des journalistes suivront le spectacle via internet et les magnats d’Hollywood eux-mêmes n’ont pas tous reçu un carton d’invitation.

Chouchoute d’Hollywood

Nomadland a dominé de la tête et des épaules la saison des prix qui s’achève et Chloé Zhao est la chouchoute du moment à Hollywood. Elle semble bien partie pour devenir la deuxième femme de l’histoire des Oscars – et la première non blanche – à remporter le prix convoité de « meilleur réalisateur ».

Avec la pandémie qui a provoqué la fermeture des salles de cinéma et repoussé la sortie des grosses productions hollywoodiennes, Nomadland – comme ses concurrents Minari et Sound of Metal – a réussi à capter l’ère du temps à travers le portrait de personnages isolés en marge de la société américaine, mais libres à leur façon.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Nomadland » : des milliers de kilomètres avec les nouveaux nomades américains

Promising Young Woman joue quant à lui sur le féminisme et le mouvement #metoo tandis que Les Sept de Chicago revisite les grandes manifestations de 1968 et la répression policière, des thèmes d’actualité. Les deux films font toutefois figure d’outsiders.

Le millésime de la diversité

La course aux Oscars pour les catégories d’acteurs paraît bien plus ouverte, avec en vue un palmarès encore inédit : les quatre récompenses pourraient aller à des comédiens de couleur, après des années de controverse sur la composition de l’Académie des Oscars, jugée trop blanche et masculine pour refléter la société dans son ensemble.

Lire aussi : « Nomadland », de Chloé Zhao, remporte le Lion d’or à Venise

Après de nombreuses années de militantisme et de campagne #OscarsSoWhite pour réclamer une plus grande diversité dans la sélection de l’Académie, les Oscars battent cette fois-ci des records historiques avec neuf acteurs issus de minorités ethniques parmi les nominés et le premier Américain d’origine asiatique en lice pour le prix du meilleur acteur, Steven Yeun (Minari). Pour la première fois également, deux femmes figurent parmi les cinq réalisateurs candidats à l’Oscar.

La catégorie de la meilleure actrice est cette année très incertaine. L’actrice doublement oscarisée Frances McDormand, qui mène le casting presque entièrement amateur des vagabonds modernes de Nomadland, est encore une fois en lice. Mais les cinq candidates, notamment Viola Davis (Le Blues de Ma Rainey) et Carey Mulligan (Promising Young Woman), ont remporté des prix importants pour leur travail.

Parmi les nominés de la soirée, Glenn Close courra derrière un désir jamais assouvi encore. Trois Emmy Awards, trois Golden Globes, trois Tony Awards, des rôles mémorables et la reconnaissance de ses pairs, mais à 74 ans, aucun Oscars malgré sept nominations. Cette année, la huitième risque encore une fois de ne pas être la bonne. Si sa transformation physique et sa performance de matriarche revêche dans Une ode américaine ont été saluées – lui valant une nomination à l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle – le film en revanche a été éreinté par la critique. Si elle échoue dimanche, elle sera à égalité avec le défunt Peter O’Toole en tant que candidat le plus malchanceux des Oscars.

Oscar posthume pour Chadwick Boseman ?

Chadwick Boseman, mort l’été dernier d’un cancer avant la sortie du film Le Blues de Ma Rainey dans lequel il incarne un trompettiste hanté par des atrocités racistes, pourrait, quant à lui, triompher dans sa catégorie. Mais un membre de l’Académie des Oscars estimait sous couvert d’anonymat qu’une « surprise » restait possible avec « Anthony Hopkins en embuscade » pour sa performance remarquée dans The Father.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Je n’ai pas besoin de tourner un film pour avoir des angoisses » : Florian Zeller raconte la genèse de « The Father »

Daniel Kaluuya est favori pour l’Oscar du meilleur second rôle masculin grâce à son rôle dans Judas and the Black Messiah tandis que la Sud-Coréenne Youn Yuh-jung jouit d’une popularité croissante côté féminin après les récents discours, drôles et mordants, qu’elle a prononcés en recevant des récompenses pour Minari.

La plateforme Netflix est en bonne position pour remporter le plus grand nombre d’Oscars, avec des catégories techniques et le documentaire La sagesse de la pieuvre.

Si la pandémie a contraint les organisateurs à décaler les Oscars de deux mois, le coproducteur de la soirée, le réalisateur Steven Soderbergh, a promis que ces bouleversements seraient une opportunité d’offrir un spectacle qui ne ressemblera à « rien de ce qui a été fait avant ». La cérémonie doit être filmée comme un film de cinéma plutôt que comme une émission télévisée, a-t-il souligné.

Les organisateurs ont insisté pour que les stars, parmi lesquelles Harrison Ford et Brad Pitt, soient en tenue de gala et elles devraient être autorisées à retirer leur masque quand elles seront à l’écran. Quant aux stars européennes qui n’auront pu rallier Los Angeles, elles seront accueillies sur des sites dédiés à Londres et à Paris, avec retransmission par faisceau satellite.

Lire aussi Oscars 2021 : les huit films en lice pour la récompense suprême du meilleur long-métrage

Le Monde avec AFP

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top