Actualités

Née aux Etats-Unis, la pratique des « chèques en blanc » pour lever des fonds en Bourse s’étend en France

L’ancien président d’Unicredit, Jean-Pierre Mustier, à Rome, le 12 janvier 2017.

Gestes barrières, tests PCR ou présentiel : dans les listes de vocabulaire associé à 2020, il faudrait ajouter, pour ce qui concerne la finance, l’acronyme SPAC (Special Purpose Acquisition Company). Ces sociétés lèvent des capitaux à l’occasion d’une introduction en Bourse avec l’intention d’investir cet argent dans des cibles non précisées à l’avance. Ce sont, autrement dit, des « chèques en blanc », comme elles sont désignées aux Etats-Unis, berceau de cette pratique. En 2020, selon Dealogic, 82 milliards de dollars (environ 67,6 milliards d’euros) ont été collectés par ces acteurs, soit près du double des montants levés sur les dix années précédentes (47 milliards de dollars).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Bourse : « La folie des chèques en blanc fait ressurgir le spectre des “investment trusts” »

Pour avoir accès à cette manne, il faut bénéficier d’une réputation qui séduise la Bourse. D’où cet attelage entre professionnels de l’investissement et vedette de la banque : la société de gestion alternative Tikehau Capital, la financière Agache (holding contrôlée par Groupe Arnault), Jean-Pierre Mustier, l’ex-patron d’Unicredit, et le banquier d’affaires Diego De Giorgi, ont annoncé, lundi 15 février, la création de Pegasus Europe, une SPAC qui sera cotée à Amsterdam et ayant vocation à investir dans les services financiers en Europe.

« Répondre aux besoins de croissance »

Le montant visé n’est pas précisé. Aussi bien les assureurs, les gestionnaires d’actifs que les « fintech » vont devoir « trouver du capital pour répondre à leurs besoins de croissance et de l’accompagnement » dans un contexte de taux négatifs, de transformation numérique et de nouvelles réglementations, assure M. Mustier.

Xavier Niel, le fondateur de Free, et le banquier d’affaires Matthieu Pigasse – tous deux actionnaires à titre individuel du Monde – avaient été les précurseurs en France de cet engouement pour les SPAC. En 2016, ils avaient lancé Mediawan pour bâtir, avec Pierre-Antoine Capton, un leader de la production télévisée en Europe. Puis, en décembre 2020, le tandem a levé 300 millions d’euros à travers 2MX Organic, en association cette fois avec Moez-Alexandre Zouari, actionnaire de référence de Picard Surgelés, afin d’investir dans les biens de consommation durables.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top