Actualités

Les syndicats de police prêts à participer au « Beauveau de la sécurité »

Il a fallu moins d’un mois et un courrier d’une page signé du ministre de l’intérieur, Gérarld Darmanin, pour les ramener à la table des futures négociations. Mardi 12 janvier, Alliance, syndicat majoritaire chez les gardiens de la paix, et l’Union nationale des syndicats autonomes (UNSA) ont confirmé qu’elles participeraient bien au « grand débat » sur la sécurité qui doit débuter à la fin du mois de janvier et se poursuivre jusqu’au mois de mai.

Le 15 décembre 2020, une semaine après l’annonce par le président de la République, Emmanuel Macron, de la tenue du « Beauvau de la sécurité », les deux organisations professionnelles avaient pourtant signifié leur refus de s’associer à ce que Fabien Vanhemelryck, secrétaire général d’Alliance, qualifiait alors d’« énième séminaire sans mesure concrète au préalable ».

Lire le décryptage : Le Beauvau de la sécurité annoncé par Macron, une façon d’« accélérer la transformation » de la police

Entre-temps, les engagements pris par M. Darmanin pour satisfaire les revendications des syndicats récalcitrants ont suffi à vaincre leurs préventions. « Tout le monde est à bord, on peut commencer à travailler sereinement », précise l’entourage du ministre. Dans une lettre adressée mardi à leurs représentants, celui-ci a ainsi promis, notamment, la mise en place au 1er janvier 2022 de la gratuité des transports entre le domicile et le lieu de travail des « personnels actifs » de la police nationale, ainsi qu’une meilleure prise en charge des mutuelles par le ministère, une mesure dont la programmation avait toutefois été déjà actée pour l’ensemble des fonctionnaires par la ministre de la transformation et de la fonction publique, Amélie de Montchalin, le 17 décembre. D’autres points soulevés par les syndicats, comme la réduction du volume horaire consacré aux « tâches indues » – à l’image des gardes statiques de bâtiments privés ou de détenus dans les hôpitaux, diplomatiquement baptisées « missions périphériques » par le ministère –, seront également inscrits à l’ordre du jour des prochaines rencontres, « sans tabou » précise M. Darmanin. Et sans grande précision, pour le moment, sur la méthodologie à adopter. Elle sera présentée aux syndicats le 25 janvier.

Simplifier la procédure pénale

« L’essentiel, avance Thierry Clair, secrétaire général de l’UNSA, est de penser le thème de la sécurité autrement qu’à travers un débat purement politicien et aborder enfin la situation de manière rationnelle et concrète. La police a besoin d’être modernisée, et pas seulement sur le plan matériel. »

Il vous reste 53.44% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top