Actualités

Les Comores à la CAN 2022 : retour sur une qualification historique

Le joueur comorien El Fardou Ben Nabouhane, élément important de la sélection nationale. Ici, en Europa League, à Belgrade, en mars 2021.

Au mois de novembre, les Comoriens avaient dignement célébré la victoire contre le Kenya (2-1), rapprochant un peu plus les Cœlacanthes (surnom de la sélection nationale) de la première phase finale de Coupe d’Afrique des Nations pour ce pays peuplé de 835 000 habitants. Ce 25 mars, le gouvernement a exceptionnellement levé les mesures de restrictions imposées par l’épidémie de Covid-19 pour laisser la population fêter comme il se doit la qualification de ses héros, après leur match nul face au Togo (0-0). « Il y avait 1 000 spectateurs qui avaient été autorisés à prendre place au stade Omnisports de Malouzni à Moroni. Au coup de sifflet final, ça a été une explosion de joie, comme partout dans le pays », rapporte Saïd Ali Athouman, le président de la Fédération de football des Comores (FFC).

Lire aussi : Le Championnat d’Afrique des nations, « galop d’essai » à hauts risques pour le Cameroun

A Moroni, Fomboni ou Moutsamoudou, les Comoriens sont sortis de chez eux pour partager ce moment historique. A Marseille, où vit une importante communauté comorienne, la performance n’est pas non plus passée inaperçue. « J’ai de la famille, des amis dans la ville. Ils m’ont dit qu’il y avait eu des manifestations de joie. Avant le match, déjà, je recevais beaucoup d’encouragements des Comoriens de Marseille », explique Youssouf M’Changama (30 ans), le milieu de terrain de la sélection nationale, natif de la cité phocéenne et joueur de Guingamp (Ligue 2).

Ce vendredi, avant de s’envoler pour Le Caire, où ils affronteront l’Egypte le 29 mars, le staff technique et les internationaux seront reçus par Azali Assoumani, le chef de l’Etat. « Cette qualification est un évènement important pour tout le pays. C’est la première fois que notre équipe va participer à une compétition internationale », poursuit M’Changama.

Amir Abdou, l’homme qui a tout changé

Un homme a joué un rôle essentiel dans cette qualification obtenue au détriment du Togo et du Kenya, les deux autres équipes composant le groupe G. Il s’agit d’Amir Abdou (48 ans), le sélectionneur franco-comorien, nommé en janvier 2014, alors qu’il entraînait l’Entente Golfech Saint-Paul-d’Espis, en Division d’Honneur. Sept ans après son premier match en tant que sélectionneur face au Burkina Faso (1-1) à Martigues, le technicien, qui cumule sa fonction avec celle d’entraîneur du Fc Nouadhibou (Mauritanie), mesure tout le travail accompli. « Je ressens une grande fierté, une grande joie. Cette qualification est le fruit d’un travail constant avec les joueurs, le staff », dit-il.

Lire aussi Football : le gouvernement français à la rescousse des sélections africaines

Les Comores n’ont été affiliées à la FIFA et à la Confédération africaine de football (CAF) qu’en 2005, et avant la nomination d’Adbou, la sélection nationale se faisait surtout discrète. « Mon objectif était de mettre en place un projet de jeu, d’y faire adhérer les joueurs et de franchir des étapes, de progresser en visant une qualification pour une CAN à moyen terme. Le tout avec peu de moyens et un réservoir de joueurs assez limité », raconte-t-il.

« Pas de star, mais un collectif »

La faiblesse du championnat local l’a obligé à se tourner vers les binationaux. « Certains, au départ, ont hésité, et ont mis du temps avant d’accepter. Aujourd’hui, ils me disent qu’ils auraient aimé être là dès le début », poursuit l’entraîneur. La sélection comorienne se veut très hétéroclite. On y retrouve des professionnels confirmés, tels El Fardou Ben Mohamed (Etoile Rouge Belgrade, Serbie), Fouad Bachirou (Nottingham Forest, Angleterre), Nasser Chamed (Gaz Metan Medias, Roumanie), M’Changama et d’autres joueurs évoluant en France, mais aussi des footballeurs de National 1 ou National 2 (Division 3 et 4). « Il n’y a pas de star, mais un collectif, une unité », tient à dire Youssouf M’Changama.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les dessous très politiques de l’élection de Patrice Motsepe à la Confédération africaine de football

Au fil des années, les Comores ont su rivaliser avec les meilleures sélections du continent. « Je crois que le match nul contre le Ghana (0-0) en novembre 2015 a constitué un déclic », assure Amir Abdou. Depuis, les Cœlacanthes ont battu la Guinée (1-0) et le Togo (1-0), et accroché le Maroc (2-2), le Cameroun (1-1) et l’Egypte (0-0). « La qualification, c’est fait. Désormais, notre objectif sera de confirmer au Cameroun, l’année prochaine, et de montrer que notre présence en phase finale est méritée », conclut-il.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top