Actualités

Le montant de l’indemnisation du chômage partiel reste inchangé jusqu’à fin mars, annonce Borne

C’est un répit supplémentaire. La ministre du travail, Elisabeth Borne, a annoncé, mardi 16 février, le maintien au mois de mars des conditions actuelles d’indemnisation du chômage partiel, dont le reste à charge pour les entreprises devait augmenter le mois prochain.

« On va prolonger au mois de mars les taux actuels d’activité partielle, donc [il n’y aura] aucun reste à charge pour les secteurs qui sont frappés par la crise et on maintiendra le taux de 15 % pour les autres, pour répondre à l’incertitude sur la situation sanitaire », a déclaré la ministre sur BFM Business.

Actuellement, la règle générale est que le salarié est indemnisé à hauteur de 70 % de son salaire brut (84 % net) avec un reste à charge de 15 % pour les entreprises. Celui-ci devait passer à 40 % en mars (avec une indemnisation du salarié baissant à 60 %), une date qui avait déjà été reportée plusieurs fois du fait de la prolongation de la crise sanitaire liée au Covid-19.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pour les salariés en chômage partiel, « le plus dur à supporter est l’incertitude »

Prise en charge à 100 % pour les secteurs les plus touchés

Les secteurs les plus touchés par la crise (tourisme, culture, sport et loisirs, hôtellerie-restauration, transport… et les activités en dépendant) continueront, eux, à bénéficier d’une prise en charge à 100 %. « Le chômage partiel a protégé neuf millions de salariés au printemps et trois millions au mois de novembre », a ajouté Mme Borne.

La ministre a invité les entreprises des secteurs moins touchés par la crise qui anticipent une baisse d’activité plus durable à « signer des accords d’activité partielle longue durée (APLD) ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les très petites entreprises se sont ruées sur le chômage partiel pour conserver leurs salariés

Ce dispositif autorise une réduction du temps de travail jusqu’à 40 % d’heures chômées en moyenne pendant six à vingt-quatre mois, sous condition d’un accord d’entreprise ou de branche, validé par l’administration et comprenant des engagements sur l’emploi et la formation. Actuellement, plus de 7 000 entreprises et 530 000 salariés sont couverts par un accord APLD, a-t-elle précisé.

Lire aussi Chômage partiel : deux dispositifs pour aider les salariés et éviter les licenciements

Le Monde avec AFP

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top