Actualités

La vente des biens culturels résiste à la pandémie

Librairie à Saint-Denis, le 6 octobre 2020.

Une résilience aussi forte qu’inattendue. Malgré la pandémie de Covid et après cinq ans de hausse, le chiffre d’affaires des biens culturels neufs – en achats en magasin et de plus en plus dématérialisés et accessibles sur Internet – a progressé de 4 % pour atteindre 9,6 milliards d’euros en 2020, selon l’étude GFK publiée lundi 8 février.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face à la pandémie, la résilience du livre diffère selon les pays

Premier marché, le livre a enregistré une baisse très contenue, de 2,7 % par rapport à 2019, à 3,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires, ce qui a représenté 342 millions d’exemplaires vendus (– 3,4 %). Encore très minoritaire, le livre audio a explosé pendant le confinement tandis que le numérique a conquis un nouveau lectorat, plus jeune et plus masculin. L’exceptionnelle activité en librairies en décembre a presque entièrement gommé les effets des deux confinements.

Bien-être

Les ventes de BD et dans une moindre mesure les livres jeunesse, parascolaire, loisirs et pratiques ont cru par rapport à 2019, alors que tous les autres segments ont souffert. Le fonds ancien a effectué une belle percée, sans doute liée à la baisse du nombre de nouveautés (– 16 % par rapport à 2019). Les 351 romans en lice pour la rentrée, moins nombreux qu’en 2019, se sont en moyenne mieux vendus (à 8 834 exemplaires).

Confinés, déconfinés, réconfinés, les Français ont vu leurs goûts évoluer avec la pandémie. Ils ont massivement acheté des ouvrages liés au bien-être (cuisine, sexualité, développement personnel mais aussi bricolage et jardinage). Ils ont aussi plébiscité tout ce qui permet d’appréhender le monde, comme des livres sur le féminisme, la crise du Covid, les essais politiques ou sur les élections américaines. Et, sans surprise, ce qui permet de se divertir, notamment les BD et les livres jeunesse avec un grand retour des valeurs sûres comme Harry Potter ou, en manga, la saga des One Piece.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Dans l’audiovisuel, le virus a révélé et exacerbé des mutations profondes déjà en cours »

Pour les DVD et Blu-ray, déjà en déclin, la fermeture des cinémas et l’absence de nouveaux films se sont fait cruellement sentir. Les ventes de coffrets ont mieux résisté tandis que les abonnements de vidéo à la demande ont explosé, permettant au secteur d’afficher 17 % de hausse à 1,6 milliard d’euros.

Pour la première fois dans le classement GFK des biens culturels les plus achetés en France arrivent en tête trois jeux vidéo

La musique, elle aussi tirée par la forte croissance des abonnements à des services de streaming (Spotify, Deezer…), a terminé l’année 2020 en hausse de 3 % à 0,9 milliard d’euros. Les ventes physiques de CD ont poursuivi leur dégringolade, tandis que le petit marché du vinyle a continué sa percée.

Il vous reste 16.96% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top