Actualités

La plate-forme Arte.tv décroche un canal de diffusion sur la TNT

Bruno Patino, président d’Arte, au parc de Sceaux (Hauts-de-Seine), le 23 mars 2021.

Découvrir sur son téléviseur la websérie pour ados Tu préfères (Lise Akoka et Romane Gueret, 2020), accéder aux trois saisons du thriller danois The Killing (Soren Sveistrup, 2007-2012), renouer avec les affres des séminaristes d’Ainsi soient-ils (2012-2015), revoir Les Bien-aimés (2011) de Christophe Honoré ou la plupart des films d’Emmanuel Mouret, ce sera possible dès début avril. A cette date, la plate-forme Arte.tv, qui regroupe 8 000 heures de programmes jusque-là uniquement disponibles sur Internet, prendra place sur la télévision numérique terrestre (TNT), ainsi que sur une partie des box Orange et Free.

L’autorisation lui en a été délivrée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), mercredi 24 mars, pour une durée initiale de 6 mois. « Arte.tv n’est plus du tout un site de rattrapage, mais une proposition éditoriale autonome, aussi importante que la chaîne, que nous allons rendre aisément disponible à tout le monde », se félicite le président du groupe audiovisuel franco-allemand, Bruno Patino. Le téléspectateur n’aura qu’à cliquer sur le canal 77 pour accéder à Arte.tv, un numéro choisi en écho à la 7, où l’on trouve la chaîne culturelle.

Arte a pris un important tournant en 2016, en décidant d’enrichir en créations numériques innovantes la plate-forme Arte + 7, qui proposait jusqu’alors de visionner les programmes de la chaîne lors de la semaine suivant leur diffusion. C’est notamment là qu’en janvier, les téléspectateurs ont pu découvrir, une semaine avant son passage à l’antenne, la série réalisée par le duo Olivier Nakache et Eric Toledano, En thérapie, dont les 35 épisodes ont cumulé 41 millions de visionnages, un chiffre record. « Beaucoup de gens ont découvert Arte.tv avec En thérapie », se félicite l’ancien directeur éditorial de la chaîne, promoteur de cette adaptation française de la série israélienne BeTipul (2005) et successeur à la tête d’Arte de Véronique Cayla l’été dernier.

« Les usages s’ajoutent les uns aux autres »

Rendre disponible la plate-forme sur le téléviseur a été une longue marche. Longtemps, les opérateurs télécoms ont freiné des quatre fers, car ce transfert demandait « des développements techniques spécifiques », admet Bruno Patino. Dans la mesure où le service, financé par la redevance, est gratuit pour le téléspectateur, et ne génère donc pas d’abonnements, ils n’avaient en effet pas d’intérêt financier à aider Arte.

« C’est la qualité du service et son succès qui les a convaincus. En avril, on couvrira 65 % des foyers », veut croire le président, additionnant les téléspectateurs de la TNT dotés de récepteurs connectés, les abonnés aux box Orange et Free, ainsi que les détenteurs des applications Apple TV, Chromecast et Fire TV. Des discussions sont en cours pour apporter ce service aux abonnés SFR, Numéricable (les deux sont propriété d’Altice), et Bouygues Telecom.

Il vous reste 44.26% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top