Actualités

Extradition des Ouïgours : la Turquie assure qu’elle ne les renverra pas en Chine

Le ministre des affaires étrangères turc, Mevlut Cavusoglu, lors d’une conférence de presse dressant le bilan de l’année diplomatique de la Turquie, le 30 décembre 2020.

Après la ratification par la Chine, le 26 décembre, d’un traité d’extradition avec la Turquie, Ankara a tenu à rassurer, mercredi 30 décembre, les membres de la communauté ouïgoure exilés en Turquie. Le chef de la diplomatie, Mevlut Cavusoglu, a affirmé que le pays ne renverrait pas de Ouïgours en Chine.

L’inquiétude était forte parmi cette communauté musulmane, dont une dizaine de milliers de personnes sont réfugiées en Turquie. Notamment parce que le gouvernement chinois voulait utiliser ce texte pour accélérer le retour de certains Ouïgours, accusés de « terrorisme ». M. Cavusoglu a précisé : « Il est incorrect de dire que [la ratification par Pékin] signifie que la Turquie va renvoyer les Ouïgours en Chine. Cela ne s’applique qu’à des personnes coupables [de crimes]. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Chine, les Ouïgours internés dans des camps envoyés à l’usine pour du travail forcé

« La Turquie n’a pas appliqué ces mesures »

Ce traité d’extradition, signé en 2017, n’a pas été ratifié par le Parlement turc. « Dans le passé, il y a eu des demandes pour le renvoi en Chine de Ouïgours se trouvant en Turquie. La Turquie n’a pas appliqué ces mesures », a ajouté le ministre des affaires étrangères turc.

Le pays a des liens linguistiques et culturels avec les Ouïgours, des musulmans parlant une langue turcique. Ankara a ainsi longtemps été l’un des principaux défenseurs de leur cause alors que la Chine a engagé, dans la région du Xinjiang (nord-ouest), une politique de surveillance maximale des Ouïgours. Pékin tenant la mouvance séparatiste et islamiste ouïgoure pour responsable de nombreux attentats meurtriers commis contre des civils.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Ces faux « cousins » chinois qui s’imposent dans les familles ouïgoures

Outre leur surveillance permanente, les Ouïgours sont internés dans ce que Pékin appelle des « centres de formation professionnelle » et sont soumis au travail forcé, notamment dans l’industrie textile de la province du Xinjiang.

Le Monde avec AFP

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top