Actualités

Euro 2021 : ouverture du bal, maillot de la discorde et déminage

  • A l’affiche : Italie – Turquie

Sous la direction de Roberto Mancini, l’équipe italienne a pratiqué un jeu plutôt emballant lors des éliminatoires de l’Euro.

Avec près d’un an de retard pour cause de Covid, l’Euro de football débute enfin, ce vendredi 11 juin à 21 heures. L’Italie et la Turquie ont les honneurs du match d’ouverture et du Stade olympique de Rome. Sous la direction de Roberto Mancini, la Squadra Azzura propose un jeu enthousiasmant, mais son milieu de terrain est pénalisé par l’absence probable de Marco Verratti. A peine remis d’une blessure au genou, le joueur du PSG ne devrait pas faire son retour avant le match contre la Suisse (16 juin), voire contre le Pays de Galles (20 juin).

Face à la Nazionale : la Turquie et son infatigable buteur Burak Yilmaz, 35 ans, récent vainqueur du championnat de France avec Lille. La sélection turque tentera de faire oublier son élimination au premier tour à l’Euro 2016 en France. Les hommes de Senol Günes, l’entraîneur star en son pays – rappelé sur le banc début 2019 –, ont des arguments offensifs à faire valoir. Les Bleus de Didier Deschamps s’en souviennent : ils avaient été corrigés 2 à 0 en Turquie, il y a un an, lors des éliminatoires.

Lire aussi Euro 2021: le guide des 24 équipes

Italie – Turquie, vendredi 11 juin à 21 heures, sur TF1 et BeIN Sports 1 (et en direct sur Le Monde.fr)

  • Euro star : Gianluigi Donnarumma

En fin de contrat au Milan AC, Gianluigi Donnarumma pourrait s’engager avec le Paris-Saint-Germain.

A 22 ans, Gianluigi Donnarumma fait ses premiers pas en compétition internationale dans la peau du gardien numéro un, avec la lourde tâche de succéder au légendaire Buffon. La légitimité du jeune homme fait, pour autant, peu de doutes : le portier n’a encaissé que deux buts lors de ses douze dernières titularisations avec la Squadra Azzura.

En fin de contrat avec son club formateur, l’AC Milan, Donnarumma est donné partant pour le Paris-Saint-Germain, où évolue pourtant le Costaricain Keylor Navas, considéré comme le meilleur gardien au monde. Gianluigi Donnarumma pourrait parapher son contrat parisien avant la fin de l’Euro. Il retrouverait à Paris Marco Verratti et Alessandro Florenzi, des têtes qu’il connaît bien en sélection nationale.

  • Pendant ce temps : le maillot de la discorde

Le maillot de l’Ukraine, dévoilé dimanche 6 juin, représente la Crimée et des slogans nationalistes, ce qui a déclenché la colère de la Russie auprès de l’UEFA.

L’Euro n’a pas encore commencé que la géopolitique s’en mêle. Jeudi 10 juin, la Russie a obtenu de l’UEFA que l’Ukraine modifie le maillot de sa sélection, fraîchement dévoilé pour l’Euro. Motif du courroux russe : sur la tunique jaune et bleu figurent les contours de la Crimée, annexée depuis 2014 par Moscou, et des slogans scandés lors des manifestations de 2014 comme « Gloire à l’Ukraine » ou « Gloire aux héros ! ».

Colère de la fédération russe de football, qui a envoyé une lettre en recommandé à l’UEFA, demandant à l’Ukraine de revoir sa copie. L’instance dirigeante du foot européen a validé la carte de l’Ukraine mais impose à la Zbirna de retirer les slogans nationalistes du maillot de la sélection. Le coup d’envoi n’a pas été sifflé mais le match a déjà commencé entre les deux nations, qui pourraient se retrouver en quarts de finale.

Lire aussi Euro 2021 : interpellée par Moscou, l’UEFA impose de modifier le maillot « politique » de l’Ukraine
  • Dans la lucarne : Emmanuel Macron optimiste

Emmanuel Macron et son épouse ont déjeuné, jeudi 10 juin, à Clairefontaine avec l’équipe de France de football.

« Les Bleus ? Je les ai trouvés concentrés. J’ai trouvé qu’il y avait un vrai collectif, de la complicité et beaucoup de sérénité », a déclaré jeudi Emmanuel Macron, en visite à Clairefontaine avec son épouse.

  • Reprise de volée :

« C’est une sélection complète dans tous les secteurs. Je n’avais jamais vu huit attaquants d’un tel niveau »

Champion d’Europe en 1984, Michel Platini ne tarit pas d’éloges sur le potentiel offensif des Bleus, dans un entretien, mercredi 9 juin, au quotidien italien Il Giornale. Mais l’ancien président de l’UEFA envisage d’autres équipes pour le titre : « J’aime bien la Belgique, l’Italie me semble également intéressante. L’Angleterre aussi », a ajouté l’ex-no 10 des Bleus.

  • Un coin de ciel bleu : Pogba en démineur

« Les seules tensions, c’est au dos et aux jambes », a déclaré jeudi Paul Pogba en conférence de presse, démentant l’existence d’une brouille entre Kylian Mbappé et Olivier Giroud. « Il y a les kinés qui sont là pour bien nous masser, pour enlever toutes ces tensions-là », a plaisanté le milieu de terrain. Avant de reprendre, plus sérieusement :

« De l’intérieur, il n’y a rien, il y a toujours eu une très bonne ambiance avec tout le monde. (…) Je n’ai rien vu, rien n’est ressorti, je ne sens rien de ce qu’on dit dehors, c’est vraiment du sourire, de la musique, des massages. »

  • Covidomètre : la Suède parée à toute éventualité

La Suède a appelé jeudi six réservistes, après la mise à l’écart de l’ailier Dejan Kulusevski et du milieu Mattias Svanberg, positifs au Covid-19 et forfaits contre l’Espagne lundi. Ce groupe s’entraînera à part, et il n’est pas prévu qu’il parte à Séville. Tous les joueurs de la sélection suédoise ne sont pas vaccinés, le staff ayant jugé difficile de justifier qu’ils aient une priorité par rapport au Suédois lambda.

Du côté espagnol, aucun nouveau cas n’a été déclaré depuis l’annonce du test positif du capitaine espagnol Sergio Busquets dimanche, puis de celui de l’attaquant Diego Llorente. Depuis, l’Espagne a décidé de faire vacciner tous ses joueurs.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top