Actualités

Entre les réseaux sociaux d’uadroite Gab et Parler, la guerre est déclarée

Parler avait fermé début janvier, peu après l’insurrection du Capitole.

L’annonce est arrivée dans la soirée du 15 février. Après plus d’un mois hors-ligne, le réseau social pour conservateurs Parler est de retour – même si son application n’est toujours pas disponible dans les magasins d’Apple et de Google.

Certes, le site est encore difficilement accessible, mais même dans cet état, il s’agit d’une amélioration depuis sa fermeture début janvier, peu après l’insurrection du Capitole préparée, en partie, sur le réseau social alternatif. Parler revendiquait alors 15 millions d’utilisateurs, un chiffre en forte hausse depuis la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle américaine et les mesures prises par Twitter et Facebook, et notamment la suspension des comptes de Donald Trump. Et très au-dessus des chiffres affichés par son principal concurrent, Gab, qui a lui aussi connu une importante croissance ces derniers mois.

Tour à tour, Google et Apple avaient supprimé l’application de leur magasin d’application, avant qu’Amazon ne mette le site complètement hors-ligne en lui coupant l’accès à ses serveurs, le 11 janvier. Tous reprochaient à Parler ses manquements en matière de modération des publications.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La folle semaine où les réseaux sociaux ont lâché Donald Trump

Après s’être demandé pendant un temps si le réseau social pourrait revenir un jour« tout le monde nous a lâchés, même nos avocats », regrettait-il –, John Matze, le PDG de Parler, avait promis un retour rapide. Pourtant, Parler n’a affiché qu’une page statique pendant plusieurs semaines. Alors que les équipes travaillaient pour remettre le site d’aplomb, en coulisse, la situation a fortement évolué. John Matze a été renvoyé par l’actionnaire principale, la milliardaire Rebekah Mercer, et remplacé par Mark Meckler, figure de la droite américaine qui était notamment à l’origine des Tea Party Patriots, un mouvement issu du Tea Party.

Parler obligé de faire sans Amazon et ses serveurs

Le nouveau PDG n’est, par ailleurs, pas un inconnu de la famille Mercer. Cette dernière a financé de multiples projets d’ultradroite, dont le site Breitbart News. M. Meckler est ainsi le président de Convention of States, un projet lancé avec le soutien de la fondation de Robert Mercer, le père de Rebekah. Plutôt habituée aux combats économiques, Convention of States était à la pointe du mouvement anticonfinement aux Etats-Unis, avait révélé le Washington Post en avril 2020.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Parler, le réseau social « refuge » des conservateurs américains

Obligé de faire sans Amazon et ses serveurs, Parler a finalement choisi de s’appuyer sur SkySilk, une entreprise américaine, qui a tenu à défendre son choix d’héberger le réseau social alternatif et dit être persuadé que Parler a pris les dispositions nécessaires en matière de modération. « Soyons clairs, SkySilk ne prône pas la haine, mais défend le droit aux opinions privées, et rejette le rôle de juge, jury et bourreau. SkySilk ne promeut pas le message, mais le droit à l’émetteur de le publier. SkySilk va défendre les efforts de Parler pour devenir une place publique non partisane, car nous sommes convaincus que c’est la seule solution appropriée. »

Il vous reste 67.47% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top