Actualités

En images : l’Inde dans l’enfer du Covid-19

Par Sophie Landrin

Publié aujourd’hui à 19h55

Les familles doivent désormais faire la queue, attendre de longues heures pour dire adieu à leur parent ou proche emporté par le Covid-19, et accomplir les derniers rituels. Les crématoriums de New Delhi, la ville la plus contaminée d’Inde, sont débordés, répandant leur fumée âcre. Les morts affluent dans la capitale, comme dans tout le pays. Les bûchers allumés par milliers furent le premier signe que la situation était devenue en Inde une tragédie. Les médias nationaux ont vite rapporté que les chiffres officiels des morts ne correspondaient pas à l’activité des crématoriums.

Les établissements n’ont plus assez de place. On brûle les corps dans la rue, dans les jardins, et même dans les parcs publics. Le bois manque. Les cimetières creusent des fosses. L’Inde, deuxième pays le plus peuplé de la planète, avec 1,4 milliard d’habitants, est ravagée par la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19, qui fauche toutes les classes sociales, les pauvres, comme les riches. Près de 353 000 nouveaux cas ont été comptés, dimanche 25 avril, et plus de 2 800 morts. Deux millions de contaminations en une semaine.

Le système de santé a littéralement explosé. Les hôpitaux manquent de tout, de lits en soins intensifs, d’oxygène, de médicaments, de bras. Dans les couloirs encombrés de brancards, des familles supplient en vain qu’on leur procure de l’oxygène. Les malades meurent en route après avoir cherché sans succès un centre de soins, ou devant les grilles des hôpitaux, sans pouvoir être secourus.

Ce n’est plus un combat contre le virus, mais une course contre la mort qui est engagée, dans le pays qui avait, à tort, assuré avoir vaincu l’épidémie, lorsque fin janvier, il comptait à peine 9 000 contaminations quotidiennes. Début février, avec le retour du printemps, il flottait un air de libération et d’insouciance. Les travailleurs ont baissé le masque, les familles ont envahi les parcs, les amis se sont pressés aux mariages, les avions étaient pleins.

Il n’a fallu que quelques semaines entre mars et avril pour que le pays soit emporté par un véritable tsunami.

Des victimes du Covid-19 sont incinérées sur un terrain converti en crématorium géant à New Delhi, le 23 avril 2021.
Des travailleurs se reposent après avoir convoyé des corps de victimes du Covid-19 sur un site de crémation à New Delhi, le 24 avril.
Un crématorium pour incinérer des victimes du Covid-19 à New Delhi, le 24 avril.
Des bûchers dressés pour incinérer les corps de victimes du Covid-19 sur un terrain converti en crématorium à New Delhi, le 24 avril.
Un homme en tenue de protection veille la dépouille d’un proche décédé du Covid-19, avant son incinération, à New Delhi, le 24 avril.
Un homme attend l’incinération de membres de sa famille décédés du Covid-19, assis sur un tas de bois servant à alimenter les crémations à New Delhi, le 24 avril. La consommation de bois pour incinérer les corps est telle que les autorités commencent à couper les arbres des parcs de la ville.
Sur un terrain utilisé comme crématorium afin d’incinérer les victimes du Covid-19 à New Delhi, le 24 avril.
Vue aérienne d’un terrain à New Delhi converti en crématorium géant pour incinérer les victimes du Covid-19, le 22 avril.
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top