Actualités

En Allemagne, le vaccin de CureVac se fait attendre

Le ministre allemand de l’économie, Peter Altmaier (à gauche), et le secrétaire d’Etat au ministère de l’économie, Ulrich Nussbaum (à droite), assistent à une conférence de presse avec le patron de CureVac, Franz-Werner Haas sur l’écran), au ministère de l’économie à Berlin, le 15 juin 2020.

Mais où est donc passé CureVac ? La biotech de Tübingen (Bade-Würtemberg) était l’un des grands espoirs de l’Allemagne dans la course au vaccin contre le Covid-19, l’une des rares à maîtriser, comme BioNtech et Moderna, la technologie de l’ARN messager. Plus de six mois après le début des premières vaccinations, CureVac doit convenir de son retard considérable sur la concurrence : le 28 mai, l’entreprise a déclaré que ses tests thérapeutiques de son candidat-vaccin « progressent », sans préciser quand les résultats très attendus sur son efficacité seront publiés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi BioNTech s’installe parmi les champions allemands de la pharmacie

Dans son communiqué, la biotech allemande explique que son candidat vaccin de première génération est en phase 2/3 d’essais cliniques, menés auprès de 40 000 personnes, dont 25 % provenant de l’Europe, le reste d’Amérique latine. Mais après cinq mois et demi de tests, aucune analyse d’efficacité statistiquement significative n’a pu être publiée pour l’instant. CureVac précise simplement que la sécurité du produit a été confirmée. En comparaison, les concurrentes sur la technologie de vaccin à ARN messager, Biontech et Moderna, avaient publié leurs premiers résultats d’efficacité au bout de trois mois et demi de tests thérapeutiques. Quatre à six semaines plus tard, elles obtenaient leur homologation d’urgence pour leur préparation auprès des autorités.

Facile à stocker

CureVac a apparemment eu plus de difficulté à recruter sa cohorte de candidats pour l’étude thérapeutique. Elle se heurte surtout à un obstacle de taille : la variabilité du Covid-19. « La réalité du Covid-19 s’est fortement modifiée depuis le début de cette année, a expliqué le patron de CureVac, Franz-Werner Haas, lors du bilan trimestriel de l’entreprise, fin mai. Le virus est aujourd’hui caractérisé par la propagation préoccupante de variants et de nouvelles souches de virus, qui ont quasi éliminé la souche originelle contre laquelle nous avons lutté en 2020. »

Cette spécificité influence les recherches de l’entreprise, qui a décidé d’intégrer cette variabilité à son étude, en séquençant les cas de Covid-19 qui se présentent dans l’étude. Le séquençage analyse l’information génétique du virus de manière beaucoup plus poussée que les tests PCR habituels, ce qui permet d’identifier des mutations connues et encore inconnues. CureVac a annoncé qu’elle publierait ces données en même temps que celles sur l’efficacité de son candidat-vaccin. « Notre étude est la seule qui se soit adaptée à ces modifications », a précisé M. Haas au quotidien économique Handelsblatt, fin mai. Il voit cette spécificité comme un avantage, même si le risque existe que la protection du futur vaccin apparaisse moindre que ceux de la concurrence. « Nous tablons toujours sur une mise à jour de l’étude d’efficacité au deuxième trimestre, c’est-à-dire en juin, » a poursuivi M. Haas.

Il vous reste 51.22% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top