Actualités

En Allemagne, le retour du confinement diffère la reprise de l’économie

La Sternstrasse, rue commerçante de Bonn, le 16 décembre 2020.

L’économie allemande se referme, et le retour de la conjoncture au niveau d’avant-crise est de nouveau repoussé. Le pays, qui a imposé la fermeture de la plupart des commerces et la quasi-fermeture des écoles depuis mercredi 16 décembre jusqu’au 10 janvier pour lutter contre la reprise des infections au Covid-19, devra attendre la fin 2021, et non plus seulement l’été, pour retrouver son niveau d’activité de fin 2019. Selon les économistes de l’institut Ifo, qui ont publié leurs prévisions de croissance mercredi, la première économie de la zone euro devrait afficher une récession de 5,1 % sur l’ensemble de l’année 2020.

Les nouvelles restrictions mises en place mercredi, plus sévères que celles en vigueur depuis début novembre, viennent donner un coup d’arrêt brutal à la reprise qui avait démarré pendant l’été. Après un premier semestre 2020 qui avait vu l’économie se contracter de 12 % suite au déclenchement de la pandémie et aux mesures de confinement, l’activité avait marqué un très fort rebond à l’été (+ 8,5 %), à la surprise générale.

Lire aussi Le Covid-19 dans le monde : l’Allemagne va fermer les commerces non essentiels, les Etats-Unis se préparent à vacciner

La reprise des infections à partir du mois d’octobre, suivie de la recrudescence des décès liés au virus, a mis un terme à cette évolution positive. Le gouvernement a été contraint de réagir face à une deuxième vague bien plus importante que celle du printemps. Le PIB allemand devrait repasser dans le rouge au quatrième trimestre. « Les nouvelles mesures de confinement, en Allemagne et dans d’autres pays, diffèrent la reprise, » assurait Timo Wollmershäuser, chef économiste à l’Ifo, mercredi matin. L’institut table sur le fait que les mesures de prévention vont se poursuivre jusqu’à la fin du mois de mars 2021. Il a donc abaissé ses prévisions de croissance pour 2021 à 4,2 %, contre 5,1 % anticipés jusqu’ici.

Effet d’entraînement

Tous les secteurs ne sont pas touchés de la même façon. La restauration, l’hôtellerie, le tourisme et les loisirs liés à la fréquentation du public, forcés à des restrictions importantes depuis le mois de novembre, accusent des contractions d’activité à deux chiffres. En revanche, l’industrie classique, qui couvre près du quart du PIB allemand et a un fort effet d’entraînement sur le reste de l’économie, poursuit sa reprise. L’industrie exportatrice allemande profite d’une situation économique plutôt clémente dans les pays asiatiques et aux Etats-Unis. « La conjoncture industrielle mondiale est toujours intacte, ce qui se reflète dans la hausse des commandes, » souligne M. Wollmershäuser. « Les investissements et les exportations devraient continuer à croître au quatrième trimestre. »

Il vous reste 51.7% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top