Actualités

En Allemagne, des dizaines de centres de dépistage du Covid-19 fermés pour fraude

Un site temporaire de dépistage du Covid-19, dans le centre de Berlin, le 1er juin 2021.

L’un avait ouvert dans un bar, l’autre dans une auto-école. Deux petits centres de dépistage du Covid-19 ont été fermés, mardi 1er juin, dans la même avenue du quartier populaire de Berlin-Neukölln. La décision a été prise conjointement par la police et les services sanitaires, qui ont constaté de graves manquements aux règles d’hygiène et suspectent les patrons de ces deux établissements d’avoir facturé à l’assurance-maladie des tests qu’ils n’ont pas réalisés.

Il ne s’agit pas de cas isolés. Depuis une semaine, plus d’une trentaine de centres de dépistage ont été fermés pour la même raison en Allemagne, au point que le ministre fédéral de la santé, Jens Spahn, a réuni en urgence ses homologues à l’échelle des Länder, lundi 31 mai, afin de proposer des mesures pour encadrer ce secteur dont l’activité a explosé au cours des trois derniers mois mais dont il apparaît aujourd’hui qu’il échappe pratiquement à tout contrôle.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : l’Allemagne ouvre la vaccination aux plus de 12 ans

En Allemagne, les lieux de dépistage se sont multipliés depuis que le gouvernement, en mars, a annoncé que chaque personne pourrait se faire tester gratuitement une fois par semaine – et même une fois par jour dans certains Länder. Au total, plus de 15 000 centres de dépistage ont ouvert à travers le pays, dans des hôtels, des cinémas, des restaurants ou des bars fermés à cause de l’épidémie, ou sous la forme de stands installés au coin d’une rue, sur un marché ou un parking.

Baisse des tarifs et contrôles renforcés

Pour chaque test déclaré – il s’agit de tests antigéniques rapides –, le centre en question reçoit 18 euros de l’assurance-maladie. Or, comme l’ont récemment révélé le quotidien Süddeutsche Zeitung et les chaînes publiques NDR et WDR dans une enquête commune, certains centres déclarent bien plus de tests que ceux qu’ils effectuent réellement. Or, la fraude est d’autant plus facile qu’aucun système n’a été mis en place pour comparer le nombre de tests réalisés par un établissement avec le nombre de ceux facturés par ce dernier à l’assurance-maladie afin de se les faire rembourser.

Après ces révélations, qui ont conduit les parquets de plusieurs Länder à ouvrir des enquêtes, le ministre de la santé a justifié sa décision de généraliser les tests antigéniques gratuits. « Ce dépistage à grande échelle nous a permis de briser la troisième vague. L’objectif est de permettre au plus grand nombre de se faire tester, mais cela ne doit pas conduire certains à s’enrichir sur le dos de la communauté », a déclaré M. Spahn, lundi, à la radio Deutschlandfunk.

Il vous reste 46.58% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top