Actualités

Emoi autour de la présence en Sicile des navires des gardes-côtes libyens

C’est un port de plaisance sans histoire, situé au pied des pentes de l’Etna, à une quarantaine de kilomètres dans le nord de Catane. D’ordinaire, en cette saison, les quais sont envahis par les groupes de touristes – Riposto est le point de départ idéal pour les excursions en mer en direction de Taormine, avec vue sur le volcan tout au long du trajet. Mais pour l’heure les voyageurs n’arrivent qu’au compte-gouttes. La ville tourne donc au ralenti.

Ces derniers jours, Riposto s’est retrouvé au cœur de l’attention, à l’occasion de la mort de l’enfant du pays, le chanteur et compositeur Franco Battiato. Dix jours après sa disparition, le souvenir de l’artiste continue à alimenter les discussions. Mais, dans les environs du port, un autre sujet provoque une curiosité croissante : la présence sur les quais, face à la capitainerie, de bateaux gris sans signes distinctifs particuliers, hormis des numéros de série et des inscriptions en caractères arabes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face aux migrations, les limites et les dérives de l’Europe-forteresse

Ces navires plutôt modernes se relaient depuis cet hiver pour des opérations de maintenance, et tout est fait pour dissuader les curieux de s’approcher de trop près. En effet, il s’agit des unités offertes par l’Italie aux gardes-côtes libyens, dans le but d’empêcher les migrants de quitter les côtes africaines en direction de l’Europe.

Entorses au droit de la mer

L’affaire, révélée en avril par la revue sicilienne Altreconomia, a été confirmée à La Repubblica par plusieurs pêcheurs et par le maire de la ville, Enzo Caragliano : « Ces inscriptions en arabe m’ont intrigué, puis j’ai appris qu’il s’agissait des vedettes offertes par l’Italie pour lutter contre l’immigration et réduire le nombre de morts en mer », explique l’édile. De fait, ces navires sont présents en vertu d’un contrat en bonne et due forme.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La « tragédie honteuse » en Méditerranée dénoncée dans un rapport du Conseil de l’Europe

Le document en faisant foi est public et disponible sur le site du centre naval de la garde des finances. Il précise que Riposto a été choisi pour « la récupération discrète d’unités navales de grandes dimensions, afin de les dissimuler aux regards des intrus ». Situé à proximité immédiate de l’aéroport de Catane, et donc facilement accessible depuis la Libye, le site de Riposto est effectivement idéal, étant donné la faiblesse des infrastructures portuaires en Libye et la situation sécuritaire dans le pays.

Depuis 2017, le gouvernement italien et l’Union européenne financent et équipent ces unités de gardes-côtes, basées autour de Tripoli, dont les multiples entorses au droit de la mer sont régulièrement dénoncées par les ONG opérant dans la zone, mais aussi par les pêcheurs siciliens, régulièrement victimes de menaces, voire d’agressions caractérisées.

Il vous reste 17.99% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top