Actualités

Emmanuel Macron veut écarter l’ambassadeur à l’environnement Yann Wehrling

Un an et demi après avoir démis Ségolène Royal de ses fonctions d’« ambassadrice des pôles », Emmanuel Macron s’apprête à écarter un autre responsable politique qui s’est éloigné de la ligne politique du gouvernement, Yann Wehrling. L’ex-secrétaire général du MoDem devrait perdre son poste d’« ambassadeur délégué à l’environnement » dans les prochaines semaines. « Pourtant, je ne vois pas ce qu’on me reproche », assure l’intéressé, qui attend la décision formelle pour réagir officiellement. La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, dont il est proche, dénonce déjà une « chasse aux sorcières ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Macron pensait que j’allais rester dans mon coin et me taire » : Ségolène Royal de nouveau à l’assaut de la présidentielle

Ancien secrétaire national du parti écologiste Les Verts, passé au MoDem en 2008, Yann Wehrling avait été nommé ambassadeur à l’environnement en décembre 2018. Aux côtés de Ségolène Royal pour les pôles et de Brigitte Collet pour le climat, ce défenseur de la nature devait s’occuper particulièrement de la biodiversité, et suivre pour la France toutes les négociations internationales sur le sujet. Aucune durée n’avait été fixée pour sa mission. « Les ambassadeurs restent en général trois ans dans leur poste, donc, a priori, je ne pensais pas partir avant décembre 2021 », explique Yann Wehrling. Il imaginait au moins participer aux deux grandes réunions qu’il prépare depuis un an : le Congrès mondial de la nature prévu à Marseille début septembre, puis la Conférence de l’ONU sur la biodiversité programmée en Chine en octobre.

Mais lundi matin, l’Alsacien de 49 ans a reçu en mains propres un courrier officiel du ministère des affaires étrangères : « Le Président de la République envisage de mettre fin à votre mission d’ambassadeur délégué à l’environnement à l’occasion d’un prochain conseil des ministres. » Pas de date précise, pas de justification. « Je suis tombé de ma chaise, avoue Yann Wehrling. C’est si brutal ! D’autant que jusqu’à présent, j’avais toujours eu des signaux positifs, y compris d’Emmanuel Macron lui-même. »

Caution écologiste

Comment comprendre ce verdict ? Depuis lundi, l’ambassadeur échafaude des hypothèses. La première est liée à son travail. « En interne, je n’ai pas ma langue dans ma poche, donc cela a pu déranger certains, ébauche-t-il. Mais publiquement, je n’ai pas émis de divergence vis-à-vis d’Emmanuel Macron ou de la majorité. Pour 2022, je suis persuadé que c’est lui qui doit être réélu. » Rien à voir, donc, avec la sanction visant Ségolène Royal pour avoir critiqué le président de la République à plusieurs reprises, notamment sur Twitter.

Il vous reste 40.33% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top