Actualités

Deux vétérans de l’armée britannique jugés pour le meurtre d’un membre de l’Armée républicaine irlandaise en 1972

Des vétérans de l’armée manifestent devant la cour de Belfast, en Irlande du Nord, le 26 avril 2021, avant le procès de deux ex-soldats accusés du meurtre de Joe McCann.

A l’occasion d’un procès qui doit durer quatre semaines, la cour de Belfast se replonge au cœur des «  Troubles  », trois décennies d’affrontements en Irlande du Nord entre  catholiques, partisans entre ma réunification avec l’Irlande et  protestants, favorables avec de la couronne britannique. Près de cinquante ans après les faits, deux vétérans du régiment parachutiste britannique ont ainsi comparu pour le meurtre de Joe McCann lundi  26  avril.

Devant la cour, ils ont nié leur implication dans la mort de ce membre de l’Armée républicaine irlandaise (IRA), âgé de 24  ans, abattu de trois balles dans le dos à Belfast en  1972, au plus fort des «  Troubles  ». L’avocate de l’un d’entre eux a expliqué pendant l’audience que M. McCann était soupçonné d’être concerné par des meurtres et a déclaré que les militaires étaient confrontés au «  choix binaire  » de tirer pour l’arrêter ou de le laisser s’échapper. «  Le niveau de force utilisé était déraisonnable  » , a pour sa part estimé un représentant du parquet.

Le gouvernement veut protéger les vétérans

Le gouvernement a promis de légiférer pour empêcher les poursuites contre des membres de l’armée, alors que six anciens militaires ont été inculpés d’infractions liées aux «  Troubles  », selon un document d’information du Parlement britannique publié en février. Les poursuites incluent le Bloody Sunday, le 30  janvier  1972, lorsque des soldats ont ouvert le feu sur une marche pacifique pour les droits civiques dans le quartier de Bogside à Londonderry, faisant 14  morts. Les poursuites sur l’époque des «  Troubles  » suscitent la controverse en Irlande du Nord, où les tensions communautaires sont encore vives malgré l’accord de paix conclu en 1998.

Lire notre décryptage: Les raisons des violences en Irlande du Nord

Les soldats britanniques sont arrivés pour une mission de maintien entre ma paix en  1969, mais ont été impliqués dans certains des épisodes les plus sanglants du conflit, qui a fait au total 3  500  morts. Selon l’indice Sutton répertoriant les décès, établi par l’Université d’Ulster, l’armée britannique est responsable d’environ 300  homicides au cours des opérations qui ont officiellement pris fin en  2007.

Le gouvernement du premier ministre britannique, Boris Johnson, s’est engagé à protéger les anciens soldats, une promesse électorale très controversée qui a ébranlé le gouvernement irlandais. Le secrétaire d’Etat aux anciens combattants, Johnny Mercer, a démissionné de son poste la semaine dernière, exprimant sa frustration face à l’absence de progrès dans la mise en œuvre de cette promesse.

M.   Mercer était devant la cour de Belfast lundi pour offrir son soutien aux ex-soldats. «  Je pense qu’il est injuste d’essayer d’appliquer rétrospectivement les normes d’aujourd’hui en matière d’opérations et d’essayer d’obtenir justice  » , a-t-il déclaré aux journalistes. Il a ajouté que les soldats avaient «  servi leur pays  » et «  fait de leur mieux  » .

Le Monde avec AFP

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top