Actualités

Deux législatives partielles reportées sine die à cause de la situation sanitaire

Campagne électorale dans le 20e arrondissement de Paris pour la législative partielle, le 14 mars 2021.

Le gouvernement n’a pas encore tranché sur le report ou non des élections régionales et départementales prévues les 13 et 20 juin. Mais les deux législatives partielles initialement prévues à Paris et dans le Pas-de-Calais les dimanches 4 et 11 avril, elles, n’auront pas lieu à ces dates-là. Ni les sept municipales attendues à court terme dans le Pas-de-Calais. Après un certain cafouillage, la décision est désormais officielle. Sans toutefois que de nouvelles dates soient fixées.

Le cas des deux législatives partielles prévues dans le 20e arrondissement de Paris et la 6e circonscription du Pas-de-Calais est réglé par un décret signé par le premier ministre Jean Castex et le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin et paru mardi 30 mars au Journal Officiel. « En raison de la situation sanitaire, il n’est pas possible d’organiser les opérations électorales dans des conditions satisfaisantes », explique le gouvernement dans l’exposé des motifs. Il met en particulier en avant « le taux d’incidence de l’épidémie de Covid-19 sur sept jours glissants », qui atteint désormais 547 nouveaux cas pour 100 000 habitants dans le Pas-de-Calais et 543 à Paris, dépassant largement le seuil maximal d’alerte fixé par les pouvoirs publics à 250 pour 100 000 habitants.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Paris, les candidats à la législative partielle du 20e arrondissement redoutent 90 % d’abstention

Par souci de cohérence, le préfet du Pas-de-Calais a également décidé de reporter les 6 élections municipales partielles qui étaient attendues les mêmes dimanches à Andres, Audincthun, Fouquières-lès-Béthune, Hallines, Lisbourg et Offrethun. Celle programmée deux semaines plus tard à Liettres est également suspendue. Les arrêtés de convocation des électeurs des sept communes ont été annulés.

Aucune nouvelle date arrêtée

Depuis quelques semaines, la tenue ou non des législatives partielles faisait l’objet d’un suspense, accru par le semi-confinement annoncé par Jean Castex pour toute l’Ile-de-France et le Nord-Pas-de-Calais. Après avoir affirmé, mardi 23 mars, que les deux dates initiales étaient maintenues, le gouvernement avait finalement annoncé le lendemain aux candidats son intention de reporter le scrutin, à onze jours du premier tour théorique. Mais il manquait encore un texte officiel, et les candidats commençaient à s’énerver. Lundi, Marie-Christine Bourgeois, qui se présente pour le Rassemblement national dans le Pas-de-Calais, a ainsi envoyé un courrier agacé au préfet : « Nous sommes toujours officiellement en campagne électorale. De ce fait, j’ai maintenu les tractages et collages prévus en ce début de semaine. »

Il vous reste 42.78% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top