Actualités

Défense : veto de la France au rachat de Photonis par Teledyne

Le pilote d’un hélicoptère français Caracal utilise des lunettes de vision nocturne lors d’un exercice à Cazaux (Gironde), en février 2016.

C’est un coup de théâtre dans le secteur très délicat de la défense. La France a formellement mis, vendredi 18 décembre, son veto au rachat de Photonis – une société spécialisée dans la vision nocturne pour les armées – par un groupe américain, Teledyne, au nom de la protection des intérêts stratégiques nationaux. Une initiative rare, qui a amené le cabinet de la ministre des armées, Florence Parly, à se féliciter d’avoir réussi à faire front commun sur ce dossier avec le ministère de l’économie et des finances.

« Les conditions de reprise de l’entreprise Photonis ne répondaient pas » aux impératifs de protection de la souveraineté économique et industrielle française de défense, a justifié le ministère des armées dans un communiqué. Il travaille désormais à « une solution alternative de rachat avec des acteurs industriels et financiers français actifs dans le secteur de l’optronique », a-t-il indiqué. Celle-ci pourrait être dévoilée au cours du premier trimestre 2021.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Thales et Safran sous pression pour racheter la pépite française Photonis

Cette décision intervient au terme de plus d’un an de négociations acharnées avec le propriétaire actuel de Photonis, le fonds Ardian, qui souhaitait vendre ses parts pour 425 millions d’euros (500 millions initialement). Rien ne dit qu’il n’y aura pas d’autres rebondissements. Toutefois, à ce stade, le veto français illustre la volonté de l’exécutif d’enrayer les rachats de « pépites » françaises par des acteurs étrangers, en particulier américains et chinois, et de faire de Photonis un signal politique.

Contrôle des investissements étrangers en France

Sise à Mérignac, près de Bordeaux, la société compte plus de 1 000 salariés. Elle travaille pour l’aéronautique, la recherche et la défense. Si son rachat a créé tant de remous, c’est qu’au-delà de sa spécialité dans la vision nocturne, elle fournit aussi de la technologie de pointe dans le domaine du nucléaire.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « La société américaine Palantir, proche de la CIA, est toujours indispensable aux espions français »

Autre aspect clé du dossier Photonis : le rachat d’une entreprise française par une société américaine fait toujours peser un risque sur les exportations de l’industrie de la défense hexagonale. Dans certains cas, le droit américain permet d’interdire ces exportations au motif que des composants américains se trouvent à l’intérieur. Une réglementation dite ITAR qui désespère nombre d’industriels justement très dépendants des exportations, et qui complique au passage la tâche des diplomates.

Le veto français a été rendu possible par le dispositif de contrôle des investissements étrangers en France, lequel a été renforcé ces dernières années, notamment depuis juillet, le gouvernement craignant que des entreprises affaiblies par la crise sanitaire soient rachetées à vil prix.

Il vous reste 41.68% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top