Actualités

Décharges sauvages : à Saint-Quentin dans l’Aisne, une brigade de gardes champêtres traque les auteurs de dépôts sauvages de déchets

Par Simon Auffret

Publié aujourd’hui à 01h25

Un ours en peluche est posé près d’une plaque d’amiante et d’un obus de la seconde guerre mondiale. A quelques mètres, une chaise en plastique est renversée sur une douzaine de vêtements et, au milieu de sacs-poubelle, se détache une enveloppe.

Le champ couvert d’ordures à la sortie de Saint-Quentin (Aisne) rappelle des souvenirs à Romain Janson. Au printemps 2020, il y a trouvé un indice essentiel pour boucler l’une de ses enquêtes. Un courrier ouvert, comme celui froissé sur le sol aujourd’hui, contenait une facture, un nom, une adresse, un suspect : Monsieur C. « J’étais allé vérifier la vidéoprotection proche de son domicile, il est bien sorti en camion de chez lui cette nuit-là », confirme le garde champêtre.

Monsieur C. est poursuivi par la justice pour « dépôt illégal de déchets avec utilisation d’un véhicule », délit passible d’une contravention de 1 500 euros. Il avait emprunté, le temps d’un week-end, l’utilitaire de son patron pour un déménagement avant d’en déverser une pleine remorque à côté d’autres tas de rebuts sur un terrain à la lisière de la ville. Un trajet de sept minutes en voiture aurait suffi à rejoindre la déchetterie la plus proche.

« Il nous est arrivé de retrouver des photocopies de carte d’identité, des numéros de Sécurité sociale. Certains ne savent pas encore qu’on existe, maintenant ils comprennent », assure Fabrice Grange, lui aussi membre de la brigade intercommunale de l’environnement (BIE) de l’agglomération du Saint-Quentinois.

Romain Janson, garde champêtre et chef de la brigade intercommunale de l’environnement, et son collègue Vincent Michel lors d’une inspection sur un lieu de dépôt illégal aux alentours de Saint-Quentin (Aisne), le 31 mai 2021.

« C’est le problème numéro un »

Depuis les élections municipales, l’intercommunalité dit avoir fait de la lutte contre les dépôts sauvages de déchets une priorité. Au point de se targuer de parvenir à enrayer un phénomène qui préoccupe les élus locaux partout en France : pour le mois de mai seulement, Le Monde a comptabilisé 168 articles publiés sur le sujet dans trente-cinq journaux régionaux. « C’est le problème numéro un », certifie Philippe Vignon, vice-président de l’agglomération du Saint-Quentinois, chargé de la politique de la ville et de la prévention de la récidive.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Déchets : les « brigades vertes », nouvel outil anti-incivilités des communes
Un obus de la seconde guerre mondiale sur un site de dépôt illégal de déchets aux alentours de Saint-Quentin (Aisne), le 31 mai 2021.
Romain Janson vérifie le bon fonctionnement d’un piège photographique installé sur un lieu de dépôt illégal aux alentours de Saint-Quentin (Aisne), le 31 mai 2021.

Début 2019, 90 % des collectivités interrogées par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) se disaient déjà « confrontées » aux déchets sauvages sur leur territoire. Le problème concernerait même « l’ensemble de la société », selon le ministère de la transition écologique, qui a publié en décembre 2020 un guide de lutte contre les dépôts.

Il vous reste 65.05% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top