Actualités

Crise climatique et de la biodiversité : 50 spécialistes mondiaux appellent à une lutte commune

Comment le dérèglement climatique aggrave-t-il l’érosion de la biodiversité, et comment la destruction du vivant accélère-t-elle le réchauffement ? Quelles solutions pourraient permettre de répondre simultanément à ces deux défis majeurs ? Des compromis sont-ils parfois nécessaires ? Pour la première fois, cinquante des plus grands spécialistes mondiaux de la biodiversité et du climat publient, jeudi 10 juin, un rapport commun sur le sujet. Ils y affirment l’impérieuse nécessité d’aborder conjointement ces crises pour espérer les résoudre.

« Le changement climatique menace de plus en plus la nature et les services qu’elle rend aux populations, a expliqué le climatologue Hans-Otto Pörtner, coprésident du comité de pilotage scientifique du rapport. Plus le monde se réchauffe, moins il y a de nourriture ou d’eau potable dans de nombreuses régions. Les changements de biodiversité, à leur tour, affectent le climat, en particulier par le biais d’impacts sur les cycles du carbone et de l’eau. Un avenir mondial durable est encore réalisable, mais il nécessite un changement radical. »

Ce rapport est le fruit d’un atelier virtuel qui a rassemblé pendant quatre jours, en décembre 2020, des experts sélectionnés par le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et la plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES). Il s’agit de la première collaboration entre ces deux organismes qui évaluent l’état des connaissances scientifiques sur ces deux thématiques.

« Mélange complexe d’actions »

Les interactions entre climat et biodiversité sont connues de longue date, mais les deux aspects sont encore trop souvent traités séparément, tant du point de vue de la recherche que des politiques publiques. Alors que deux conférences internationales majeures devraient se tenir cette année ou au plus tard en 2022 (la COP15 sur la biodiversité, prévue en Chine, et la COP26 sur le climat, organisée en Ecosse), l’idée était de « pousser à une lutte conjointe pour maximiser les cobénéfices pour le climat, la biodiversité mais aussi la société, souligne Sandra Lavorel, écologue (CNRS) à l’université de Grenoble, membre du comité de pilotage scientifique de l’étude et membre de l’IPBES. Il n’y a pas de solution magique ni pour le climat, ni pour la biodiversité, ni pour les deux. La résolution de ces crises repose sur un mélange complexe d’actions, dépendant du contexte local », prévient-elle.

Il vous reste 68.97% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top