Actualités

Covid-19 : pour Pascal Crépey, épidémiologiste, « le rythme de l’amélioration va dépendre de nos comportements »

A Nantes, le 1er avril 2021.

Selon Pascal Crépey, enseignant-chercheur en épidémiologie et biostatistiques à l’Ecole des hautes études en santé publique à Rennes, la réouverture de lieux fréquentés par du public est une bonne nouvelle, mais les autorités devraient mieux prendre en compte le risque de contamination, notamment dans les salles de restaurants, qui doivent rouvrir en juin.

Quel regard portez-vous sur le calendrier de déconfinement dévoilé jeudi 29 avril par Emmanuel Macron ?

Ce qui est certain, c’est qu’il y avait besoin de relâcher la pression au niveau de la population. On constate qu’énormément de gens qui se retrouvent à l’hôpital se sont contaminés en faisant des écarts aux recommandations. Cela fait maintenant plus d’un an que la crise épidémique dure et la population française a de plus en plus de mal à respecter les recommandations sanitaires. On connaît les règles, on sait globalement dans quelle situation on se met en risque d’être contaminé, mais on prend malgré tout ce risque. Il est devenu nécessaire de créer des espaces de liberté un peu sécurisés, en gardant un certain nombre de précautions, car ces espaces se créent déjà dans des conditions de sécurité sanitaire bien moindres.

De ce point de vue, les premières mesures vont dans le bon sens : rouvrir les musées et les terrasses sont des situations qui sont relativement peu à risque de contamination. Et il est toujours préférable que les gens se retrouvent en terrasse que les uns chez les autres, dans des espaces confinés. Si ces premières étapes ne sont pas considérées comme le signal d’un relâchement général, il est même possible que ces ouvertures permettent à la population d’être d’autant plus respectueuse des autres recommandations. Donc cela peut favoriser au contraire le contrôle de l’épidémie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : le déconfinement en quatre étapes sous conditions d’Emmanuel Macron

Cette levée, à partir du 3 mai, des mesures de restriction, n’est-elle pas un peu prématurée au vu de la situation sanitaire ?

Je suis un peu plus inquiet vis-à-vis des étapes suivantes, notamment l’étape du 9 juin qui prévoit de décaler le couvre-feu à 23 heures et de rouvrir les salles intérieures des cafés et restaurants. Si le niveau d’incidence reste très élevé, la probabilité qu’une personne infectée se trouve dans un restaurant va être très élevée. Or, les restaurants et bars sont les endroits où les gens ne portent pas de masque et rien n’est préconisé par les autorités sur l’aération de ces lieux. Si une personne infectée excrète des aérosols pendant une heure ou deux dans une salle fermée et mal ventilée, avec ou sans masque, distance de sécurité ou non, cela risque de créer des contaminations.

Il vous reste 68.63% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top