Actualités

Covid-19 : Moderna accélère sa production de vaccins

Un prisonnier américain se fait vacciner contre le Covid-19, à Cleveland (Mississippi), mercredi 28 avril.

Alors que le seuil du milliard de doses de vaccins contre le Covid-19, administrées dans 207 pays ou territoires, a été franchi ce week-end, le laboratoire américain Moderna veut accélérer la production de doses et BioNTech s’apprête à demander une autorisation de vacciner les enfants de 12 à 15 ans dans l’Union européenne (UE).

” tHtml += “

” + d.pays + “

” tHtml += “

” + milliers(d.morts) + “

” tHtml += “” } }) d3.select(“#topcinq”).html(tHtml) if (!mobileDec) { d3.select(“#contenanttopcinq”).style(“max-height”, +((hauteurGraphes * .98) – asoustraire) + “px”); } } /* on lance une première fois */ lancerLaFusee(); });

  • Moderna veut produire trois milliards de doses l’an prochain

Le laboratoire américain Moderna a annoncé jeudi 29 avril vouloir produire trois milliards de doses en 2022. La société de biotechnologies, qui a développé un vaccin reposant sur la technologie novatrice de l’ARN messager comme Pfizer/BioNTech, a également revu à la hausse ses anticipations pour 2021 et espère désormais pouvoir fournir entre 800 millions et 1 milliard de doses cette année, a-t-elle précisé dans un communiqué.

Dans le détail, Moderna a notamment l’intention d’investir dans les installations du groupe suisse Lonza, l’un des grands fournisseurs de l’industrie pharmaceutique, et de l’espagnol Rovi, qui réalise la mise en flacons.

Vaccins contre le Covid-19 : suivez la progression en France et dans le monde

« Nous voyons que le virus se propage rapidement, nous voyons que le virus est en train de muter, nous voyons des nouveaux variants qui apparaissent. (…) Nous devons prendre les devants pour être prêts si besoin est à une troisième dose de rappel », a souligné jeudi le directeur pour l’Europe de Moderna, Dan Staner, sur la chaîne publique suisse RTS Un. Selon lui, ces investissements commenceront à produire leurs effets fin 2021 et début 2022.

Ainsi, Lonza a annoncé jeudi matin qu’il allait installer trois lignes de production supplémentaires sur son site de Viège (dans le canton du Valais), permettant ainsi de doubler la production de substances destinées à la fabrication du vaccin de Moderna.

En début de semaine, Sanofi, qui travaille encore sur son propre vaccin, avait en outre révélé qu’il allait mettre en flacons jusqu’à 200 millions de doses du vaccin de Moderna contre le Covid-19, afin de satisfaire la demande mondiale. Pour ce faire, le laboratoire français va mettre les infrastructures de son site américain de Ridgefield (New Jersey) au service de la société de biotech pour « les opérations de remplissage et finition (…) jusqu’à 200 millions de doses » à partir de septembre.

Lire aussi : La France n’est pas à l’abri d’une quatrième vague dès l’été
  • BioNTech juge possible un vaccin pour les 12-15 ans dès juin dans l’UE

De son côté, le laboratoire allemand BioNTech est sur le point de déposer dans l’Union européenne (UE) une demande d’autorisation pour l’utilisation de son vaccin contre le Covid-19 chez les enfants de 12 à 15 ans, rendant possible une homologation dès juin.

« En Europe, nous en sommes aux dernières étapes avant de soumettre » les données des essais cliniques à l’Agence européenne des médicaments (AME) et la validation devrait prendre entre quatre et six semaines, a déclaré le cofondateur et directeur de l’entreprise, Ugur Sahin, au magazine allemand Spiegel. Ce vaccin est pour le moment autorisé seulement pour les personnes âgées de 16 ans au moins.

Aux Etats-Unis, BioNTech et son partenaire Pfizer ont déjà déposé, début avril, une demande d’extension de l’autorisation en urgence du vaccin pour les adolescents âgés de 12 à 15 ans. Les demandes d’autorisation se basent sur les données des essais cliniques de phase 3 sur cette tranche d’âge publiés fin mars, « qui ont démontré une efficacité de 100 % » pour prévenir la maladie, selon les laboratoires.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La vaccination contre le Covid-19 vue de Moselle : « De toute façon, moi, AstraZeneca, je n’en veux plus »

Pour les enfants de 5 à 12 ans, M. Sahin continue de tabler sur des résultats de l’étude clinique en juillet et estime que ce vaccin est « en bonne voie » pour une autorisation d’ici la rentrée de septembre. Les résultats d’une étude sur les enfants encore plus jeunes pourraient être disponibles à partir de septembre. « La validation dure entre quatre et six semaines », a rappelé M. Sahin.

Mercredi, le cofondateur, avec sa femme, du laboratoire de Mayence avait estimé possible une « immunité collective » en Europe « en juillet, au plus tard en août » et affirmé sa « confiance » dans l’efficacité du vaccin contre le variant dit indien du SARS-CoV-2.

Le Monde

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top