Actualités

Covid-19 : l’Uruguay, de modèle de gestion au record mondial de nouvelles contaminations

Une famille testée positive au Covid-19 pose à la porte de leur domicile à Belen, en Uruguay, le 28 avril 2021.

C’est une trajectoire totalement singulière, qui a mis l’Uruguay à la première place des pays enregistrant le plus grand nombre de nouveaux cas quotidiens de Covid-19 en regard de sa population, pendant le mois d’avril. Depuis le pic atteint le 10 avril, la courbe a légèrement fléchi, mais ce petit pays de 3,5 millions d’habitants, niché entre les géants brésilien et argentin, continue de figurer parmi les pires bilans mondiaux de nouveaux cas, en proportion du nombre d’habitants.

Jeudi 29 avril, le pays enregistrait 2 707 contaminations supplémentaires. Au cours des sept jours précédents, et rapporté à la population, les nouveaux cas quotidiens étaient trois fois plus élevés qu’au Brésil. « La situation est grave et inquiétante », commente Gonzalo Moratorio, virologue à l’institut Pasteur de Montevideo. Selon lui, il est impossible d’évoquer une tendance réellement à la baisse pour l’instant. La courbe des décès aussi s’est envolée et le pays déplore plus de 2 500 morts liées au Covid.

« Nous vivons actuellement une situation de stress sanitaire jamais connue auparavant. Nous avons pu passer de moins de 600 lits en unité de soins intensifs dans le pays, avant la pandémie, à 1 000 aujourd’hui. Mais le personnel soignant travaille à la limite de ses capacités », rapporte Julio Pontet Ubal, président de la société uruguayenne de soins intensifs. Mardi, l’occupation des lits s’élevait à 75,5 %. « Le système ne s’est pas effondré. Nous n’avons pas eu à choisir entre les patients. Mais on peut avoir des retards d’admissions avec des services ponctuellement saturés », admet Julio Pontet Ubal.

La « liberté responsable »

« Stress sanitaire », « saturation » : ce vocabulaire fait pour la première fois irruption en Uruguay, désormais happé par la pandémie après une gestion exemplaire en 2020. L’année dernière, pendant l’hiver austral, alors que les pays de la région font face à des courbes hors de contrôle ou à une saturation de leur système sanitaire, en Uruguay, les nouveaux cas quotidiens se comptent régulièrement sur les doigts d’une main. En mars 2020, les frontières sont vite fermées, les écoles aussi, temporairement. Surtout, élément qui suscite la surprise dans la région, aucun confinement n’est décrété : sur la base de la discipline individuelle, la population est appelée à limiter ses contacts au maximum.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La lutte payante de l’Uruguay contre l’épidémie due au coronavirus

Fin juin 2020, le président, Luis Lacalle Pou (droite), est photographié, planche de surf sous le bras, après avoir bravé les vagues de l’Atlantique : voilà l’image de la « liberté responsable », prônée par le gouvernement. « L’Uruguayen a fait preuve d’une grande prise de conscience », se félicite au mois de juillet le chef de l’Etat. En 2020, le pays parvient à limiter le nombre de morts : entre l’arrivée du virus et le 31 décembre, 181 décès liés au Covid-19 sont comptabilisés.

Il vous reste 45.27% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top