Actualités

Covid-19 : l’Allemagne envisage de passer commande du vaccin Spoutnik V

Dans le service de soins intensifs de l’hôpital Havelhöhe à Berlin, le 9 avril 2021.

Les Allemands pourront-ils bientôt se faire injecter le vaccin russe Spoutnik V ? En tout cas, leurs dirigeants s’y emploient. « Nous allons discuter avec la Russie pour voir quelle quantité elle pourrait nous livrer et à quelle date », a déclaré le ministre allemand de la santé, Jens Spahn, jeudi 8 avril, sur la station de radio WDR.

Quelques heures plus tard, le Fonds souverain russe (Russian Direct Investment Fund, RDIF), qui a financé le développement de Spoutnik V, a fait savoir que les négociations avaient commencé avec Berlin en vue d’un « contrat d’achat anticipé ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Vaccin russe Spoutnik V : le grand écart des Européens

Ces annonces ne sont guère surprenantes. Cela fait déjà plusieurs semaines, en effet, que l’Allemagne manifeste un vif intérêt pour le vaccin russe. « Au-delà de nos différences politiques, qui sont importantes, il est possible de coopérer [avec la Russie] sur le plan humanitaire dans le contexte de la pandémie », a affirmé Angela Merkel, le 21 janvier. Depuis, la chancelière allemande a fait un pas supplémentaire. En cas d’approbation par l’Agence européenne des médicaments (AEM), « je préférerais une commande groupée au niveau européen, mais si ce n’est pas le cas, nous emprunterons une “voie allemande”, ce qui est possible et ce que nous ferons », a-t-elle prévenu, le 19 mars.

Dimension politique

Trois semaines plus tard, les déclarations de M. Spahn ne sont que la concrétisation de celles de Mme Merkel. Après le refus de la Commission européenne de négocier au nom des Vingt-Sept l’achat du Spoutnik V, contrairement à ce qui a été entrepris avec les vaccins Pfizer-BioNTech, AstraZeneca et Moderna, l’Allemagne s’estime désormais libre de négocier avec Moscou. Pour autant, elle n’envisage pas d’utiliser Spoutnik V tant qu’il n’est pas homologué par l’AEM. « La Russie doit fournir des données comme tous les autres [fabricants de vaccins] et, tant que ce n’est pas le cas, il ne peut y avoir d’autorisation », a précisé le ministre allemand de la santé, jeudi.

A six mois des élections législatives du 26 septembre, la dimension politique de ces annonces est évidente. Outre-Rhin, plusieurs responsables politiques se sont en effet prononcés en faveur du vaccin russe au cours des dernières semaines, notamment dans les Länder de l’Est. « Nous n’avons aucun problème avec Spoutnik V. Enfant, j’ai moi-même été vacciné contre la polio avec un vaccin russe. Je suis prêt à me faire vacciner à tout moment avec le Spoutnik V », a ainsi déclaré, début mars, le ministre-président de Saxe-Anhalt, Reiner Haseloff, membre de la CDU de Mme Merkel et de M. Spahn.

Il vous reste 48.87% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top