Actualités

Bruxelles et Londres enquêtent contre Facebook pour abus de position dominante sur le marché des petites annonces

Le mastodonte des réseaux sociaux a-t-il enfreint les règles dans l’usage des données publicitaires et exercé une concurrence déloyale, notamment sur le marché des petites annonces ? Bruxelles et Londres ont ouvert vendredi 4 juin une enquête contre Facebook afin de le déterminer.

La Commission européenne soupçonne le géant de l’Internet d’avoir utilisé des données publicitaires recueillies auprès d’annonceurs présents sur ses plates-formes, afin de les concurrencer sur leurs propres marchés, ce qui constituerait un abus de position dominante. La CMA, l’autorité britannique de la concurrence, a lancé simultanément sa propre enquête sur ce sujet. Bruxelles et Londres ont prévu de collaborer dans le cadre de ces deux procédures indépendantes.

Lire aussi notre dossier : La bataille du e-commerce stimulée par la crise liée au coronavirus

L’exécutif européen a expliqué qu’il cherchait en particulier à savoir si le service d’annonces en ligne Facebook Marketplace était lié au réseau social, en violation des règles européennes. Facebook « recueille une mine de données sur les activités des utilisateurs de son réseau social et au-delà, lui permettant ainsi de cibler des groupes de clients spécifiques », a expliqué la commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager, citée dans un communiqué. « Nous examinerons en détail si ces données confèrent à Facebook un avantage concurrentiel indu, en particulier dans le secteur des annonces en ligne », ajoute-t-elle.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « La stratégie de Facebook, c’est acquérir, copier ou tuer (les concurrents) »

Lorsqu’elles font la publicité de leurs services sur Facebook, des entreprises qui sont également en concurrence directe avec lui sur d’autres marchés peuvent lui fournir des données précieuses d’un point de vue commercial. Facebook pourrait ensuite utiliser ces données pour concurrencer les entreprises qui les ont fournies. Près de 3 milliards de personnes utilisent Facebook chaque mois et près de 7 millions d’entreprises au total y font la publicité de leurs services, a rappelé Mme Vestager.

Lire aussi la chronique de Philippe Escande : « Un consensus international inédit émerge pour couper les ailes des GAFA »

Multiplication des procédures

Or le géant américain est « en concurrence avec des entreprises auprès desquelles elle collecte des données » sur le marché des petites annonces, a souligné la commissaire danoise. Ces « données ne peuvent être utilisées d’une manière qui fausse la concurrence », a-t-elle affirmé. Facebook pourrait par exemple obtenir des informations précises sur les préférences d’utilisateurs sur la base des activités publicitaires de ses concurrents et utiliser ces données pour adapter Facebook Marketplace.

De son côté, la CMA a dit vouloir déterminer si Facebook a gagné « un avantage concurrentiel inéquitable sur ses concurrents dans les services de publicité en ligne et de rencontres en ligne, à travers la manière dont il collecte et utilise certaines données », dans un autre communiqué publié à Londres. La Commission a informé Facebook et les autorités de concurrence des Etats membres de l’ouverture d’une procédure. Aucun délai légal n’est prévu pour la clôture d’une telle enquête et sa durée dépendra notamment du degré de coopération de Facebook, a précisé Bruxelles.

Les géants américains de l’internet comme Facebook ou Google font l’objet de plusieurs enquêtes pour abus de position dominante, en particulier aux Etats-Unis et en Europe. En novembre, Bruxelles avait accusé le spécialiste de la vente en ligne Amazon d’utiliser les données des vendeurs indépendants utilisant son site internet pour favoriser ses propres produits en violation des règles de la concurrence.

La Commission a par ailleurs proposé de nouvelles législations, pour mieux encadrer les grandes plates-formes d’Internet, qui doivent encore être négociées avec le Parlement européen et les Etats membres. Fin octobre, des poursuites avaient été engagées aux Etats-Unis contre Google pour abus de position dominante.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’Autorité de la concurrence s’inquiète de l’essor des GAFA dans les paiements

Le Monde avec AFP

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top