Actualités

Auditionné par les parlementaires, Olivier Véran défend la stratégie vaccinale du gouvernement

Nouvel exercice de transparence pour le ministre des solidarités et de la santé. Mardi 12 janvier, Olivier Véran a répondu aux questions des députés et des sénateurs et justifié les choix du gouvernement, notamment en matière de stratégie vaccinale. Le ministre était convoqué pour deux auditions devant les commissions des affaires sociales à l’Assemblée nationale puis au Sénat. Un peu plus de deux heures au total, en plus de la traditionnelle séance de questions au gouvernement. « Nous ne naviguons pas à vue. Une stratégie a été définie par la Haute Autorité de santé qui est je le rappelle une autorité indépendante », a déclaré en préambule de son audition M. Véran, voulant couper court aux critiques persistantes sur l’amateurisme de l’exécutif.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Couvre-feu à 18 heures généralisé, troisième confinement ou statu quo : l’exécutif à l’heure des choix

Entre le 16 décembre, date de la présentation officielle de la stratégie vaccinale du gouvernement au Palais-Bourbon et l’annonce par M. Véran, le 5 janvier, de son « accélération », les polémiques et les doutes se sont multipliés face à un démarrage jugé trop timide. Débutée dans les Ehpad, la campagne de vaccination française souffre depuis d’une comparaison implacable avec celles de ses voisins européens. « Vous accélérez avec la promesse de 1 million de Français vaccinés à la fin du mois de janvier, la Grande-Bretagne en aura déjà vacciné 2,3 millions. Vous prévoyez 14 millions de vaccinés avant l’été, nos voisins outre-Manche atteindront ce chiffre le 14 février prochain, a cinglé le député socialiste des Landes Boris Vallaud. La question demeure : comment allons-nous faire ? »

Opération déminage

En réponse, Olivier Véran a affirmé que le gouvernement ne ferait pas évoluer sa doctrine pour le moment. « Nous ne vaccinons pas pour l’instant les personnes plus jeunes, leur tour viendra », a-t-il assumé. Les professionnels de santé de plus de 50 ans ou fragiles, ainsi que les aides à domicile et les pompiers restent prioritaires pour la vaccination. Lundi, les personnes âgées de plus de 75 ans pourront recevoir une injection, avant les moins de 50 ans atteints de comorbidités. Une liste des personnes ciblées doit également être présentée lundi par Alain Fischer, le « M. Vaccin » du gouvernement. « L’objectif est de vacciner un maximum de personnes », a réitéré Olivier Véran face aux sénateurs, émettant néanmoins « des réserves », face aux « zones d’incertitudes qui ne sont pas de nature politique » mais « scientifique ».

Il vous reste 43.13% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top