Actualités

« Après des mois d’oisiveté obligatoire, la reprise n’est pas simple » : les restaurateurs préparent une réouverture à petit feu

Le chef et propriétaire du restaurant Le Mesturet, Alain Fontaine, prépare sa terrasse en vue d’une réouverture prévue le 19 mai, à Paris, le 30 avril.

« La veille de l’ouverture, je vais faire venir un coach pour les salariés qui reprendront le travail. Cela va me coûter 300 euros, mais après des mois d’oisiveté obligatoire, la reprise n’est pas simple. Certains sont au chômage partiel depuis mars 2020 », raconte Alain Fontaine, propriétaire du restaurant Le Mesturet, dans le quartier de la Bourse, à Paris. Cette date d’ouverture, désormais, il la connaît. Emmanuel Macron a, en effet, donné le feu vert pour un premier accueil des clients en terrasse, mercredi 19 mai.

M. Fontaine imagine même faire venir un orchestre ce jour-là pour fêter l’événement. Il lui reste toutefois à construire sa terrasse. Il pensait que les ouvriers passeraient samedi 1er mai pour l’installer, mais, finalement, le rendez-vous a été décalé. Pour l’instant, le tas de bois est entreposé dans la salle de restaurant qui n’a plus accueilli de convives depuis le 29 octobre 2020, quand le couperet de la fermeture administrative est tombé.

M. Fontaine, président de l’Association française des maîtres restaurateurs, ne manquera pas de concurrents prêts à profiter de ce premier temps de réouverture des bars et restaurants. Même si le couvre-feu limite le service à 21 heures. D’autant que la Mairie de Paris vient d’annoncer le renouvellement des terrasses éphémères installées en 2020 et leur gratuité jusqu’à la fin de l’été.

La prudence reste de mise

« Nos clients nous le demandent. Il y a un vrai besoin de revenir en terrasse, dans nos restaurants. Depuis vendredi 30 avril, après l’annonce d’Emmanuel Macron, les gens appellent pour réserver. Nous sommes complets le 19 mai », explique Patrick Franchini, propriétaire de l’hôtel-restaurant Au moulin des écorces, à Dôle, dans le Jura. Il se dit doublement heureux du calendrier gouvernemental. Non seulement il pourra remettre en route sa grande terrasse au bord du Doubs, le 19 mai, mais il sera autorisé, le même jour, à servir ses clients de l’hôtel dans sa salle de restaurant, aussi bien pour le petit-déjeuner, le déjeuner que le dîner. Un véritable soulagement pour les hôteliers-restaurateurs et les touristes contraints jusqu’à présent à d’improbables dînettes dans l’étroitesse de leur chambre.

« L’été dernier, j’ai fait rentrer trop de personnel. Nous avons souffert de l’absence des touristes à Paris. A l’ouverture, cette fois, je serai extrêmement prudent », Alain Fontaine, propriétaire du restaurant parisien Le Mestruet

Il vous reste 63.81% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top