Actualités

Adaptation territoriale, ouverture à de nouveaux publics : la stratégie vaccinale française sous pression

Centre de vaccination au Palais des sports de Lyon, le 29 mars.

Depuis quelques jours, de très nombreux créneaux de vaccination sont apparus sur la plate-forme Doctolib sous les yeux d’internautes plutôt habitués aux centres affichant complet. Assez pour que l’on s’inquiète : la population pouvant bénéficier de la vaccination contre le Covid-19 est-elle désormais trop restreinte et est-il temps d’ouvrir plus largement la cible vaccinale ? De nombreux élus, experts et citoyens appellent à une vaccination accessible à tous, afin que les volontaires puissent en bénéficier le plus vite possible.

Vaccins contre le Covid-19 : suivez la progression en France et dans le monde

Si le débat est engagé depuis déjà quelques semaines, cette soudaine hausse des créneaux disponibles a toutefois été surinterprétée. Les 7,3 millions de doses supplémentaires promises à la France par le laboratoire Pfizer ont commencé à arriver il y a quelques jours dans les centres de vaccination, entraînant une explosion du nombre de disponibilités : au 28 avril, quelque 270 000 créneaux étaient libres pour les cinquante jours à venir. Mais en routine, ce sont d’ores et déjà 200 000 à 250 000 nouveaux rendez-vous qui sont proposés tous les jours sur Doctolib, trouvant preneurs les jours suivants. « Dans les centres, les rendez-vous ouverts et non pris, c’est un phénomène très marginal, explique Stanislas Niox-Chateau, patron de Doctolib. Cela concerne seulement une trentaine de centres parmi les 1 800 du territoire. »

Par ailleurs, un créneau ne correspond pas nécessairement à une dose : en ville, médecins et pharmaciens peuvent proposer plus de rendez-vous qu’ils n’ont de doses disponibles, afin de multiplier les possibilités d’injection. Et un rendez-vous resté vacant ne signifie pas une dose perdue. Le vaccin AstraZeneca se conserve six mois entre 2 °C et 8 °C ; une fois le flacon ouvert, on peut le conserver quarante-huit heures au réfrigérateur. Les produits de Pfizer-BioNTech et Moderna peuvent, pour leur part, être stockés pendant deux semaines en congélateur pharmaceutique. Une fois le flacon entamé, il faut aller vite et, comme c’est déjà le cas, des volontaires sont appelés en cas de doses à utiliser rapidement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi AstraZeneca et Johnson & Johnson, vaccins-clés dans la stratégie vaccinale française

Depuis la mi-avril, la vaccination par AstraZeneca et Janssen est accessible aux plus de 55 ans. A partir de 60 ans, ils peuvent également bénéficier d’injections d’ARN messager (Pfizer-BioNTech et Moderna). Mais sept millions de personnes de plus de 60 ans n’ont toujours pas eu de rendez-vous. « Si on se fixe une cible de 80 % d’une tranche d’âge qui doit être vaccinée pour être protégée, il y a encore 4,3 millions de Français relevant de la vaccination qui n’ont pas encore été vaccinés », a précisé le ministre de la santé, Olivier Véran, mercredi 28 avril.

Il vous reste 75.07% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top