Actualités

A Paris, Rachida Dati veut vacciner le personnel scolaire, l’Etat annule les rendez-vous

Décision « brutale ». « Détournement de pouvoir. » « Sabotage. » « Discrimination. » Rachida Dati n’a pas de mots assez forts pour exprimer sa colère. Depuis des semaines, la maire (Les Républicains) du 7e arrondissement est décidée à vacciner largement ses habitants contre le Covid-19. Les personnes les plus fragiles, mais aussi les enseignants, de même que les personnels des écoles et des crèches qui, pour l’heure, ne sont pas officiellement éligibles à la vaccination. Mais l’Etat s’oppose à cette stratégie sanitaire au nom de l’égalité de tous devant les règles, et a annulé une série de rendez-vous de vaccination accordés par Mme Dati. Jeudi 8 avril, l’ancienne garde des sceaux de Nicolas Sarkozy a donc saisi le gouvernement.

Dans un courrier adressé au ministre de la santé, elle dénonce les « décisions arbitraires et injustifiées » prises par l’agence régionale de santé (ARS) à son égard. Elle met en garde Olivier Véran sur la « faute » ainsi commise, susceptible selon elle d’engager la responsabilité du ministre de la santé « aux plans fonctionnels et personnels ». « Je suis en outre profondément choquée de la discrimination dont je suis victime, étant la seule maire de France à subir ce traitement, dont je préfère ne pas interroger les motivations », conclut-elle.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « La vaccination doit commencer au plus vite » : les enseignants attendent une clarification du calendrier avant la rentrée

Que s’est-il passé ? Comme bien d’autres élus, Rachida Dati estime que la vaccination ne va pas assez vite en France, et qu’il est nécessaire d’en faire profiter non seulement les personnes âgées ou présentant des facteurs de risques, mais aussi un public plus large. En particulier les enseignants et les personnels éducatifs, afin de pouvoir garder les écoles ouvertes. Elle a mis en place dans son arrondissement un centre de vaccination encore sous-utilisé.

Priorité aux publics fragiles

Fin mars, quand l’ARS fait savoir aux centres d’Ile-de-France qu’elle dispose soudain de quelques milliers de doses supplémentaires et demande qui peut en avoir l’usage, la maire du 7e lève immédiatement le doigt. Résultat : pour la dernière semaine de mars, l’arrondissement se voit attribuer 2 500 doses, contre 1 500 doses la semaine précédente.

Au même moment, Rachida Dati et les cinq autres maires d’arrondissement LR de Paris prient le gouvernement de les autoriser à vacciner les enseignants et personnels des écoles le plus vite possible : « Dès la semaine prochaine, nous sommes prêts à leur réserver des créneaux dans les centres que nous gérons. »

Il vous reste 66.66% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Most Popular

Retrouvez toute l'actualité française et internationale sur France Actus.

© 2020 FRANCE ACTUS - TOUS DROITS RÉSERVÉS

To Top